Reuters

L'Espagne à un pas du bonheur

L'Espagne à un pas du bonheur
Par Eurosport

Le 02/12/2011 à 22:02Mis à jour Le 03/12/2011 à 01:19

Au terme d'une rencontre qui a duré près de 5h, David Ferrer a mis l'Espagne à deux longueurs de l'Argentine en battant Juan Martin Del Potro lors de la 2e rencontre de la finale de Coupe Davis, vendredi à Séville (6-2, 6-7, 3-6, 6-4, 6-3). Les Espagnols sont à une victoire de leur cinquième sacre.

L'Espagne peut aussi compter sur David Ferrer. Après la victoire rapide et efficace de Rafael Nadal face à Juan Monaco en ouverture (6-1, 6-1, 6-2), le Valencian n'a pas manqué son entrée en lice dans cette finale de Coupe Davis en tenant tête à Juan Martin Del Potro dans le deuxième simple du jour. Le N.2 espagnol est allé au bout de lui-même en mettant près de cinq heures (4h44 précisément) pour venir à bout du N.1 argentin qui a mené deux sets à un avant de flancher. Les Ibères ne sont désormais plus qu'à une victoire du cinquième sacre de leur histoire.

Pour l'Argentine, toujours à la recherche de son premier Saladier d'argent, la situation est désespérée. Elle avait besoin d'un exploit pour briser l'invincibilité de l'Espagne à domicile qui dure depuis 1999 et croire en ses chances de victoire. Juan Martin Del Potro, qui restait sur deux victoires sur David Ferrer, a bien failli égaliser en redressant une situation mal engagée en prenant la tête du match à l'issue de la troisième manche. Mais, sur terre battue, le N.5 mondial est redoutable. Comme Nadal, il n'a pas perdu un match de Coupe Davis sur cette surface. Sa dernière défaite remonte à l'an passé lors de la demi-finale à sens unique en France dans un match perdu en cinq manches sur dur et en indoor face à Gaël Monfils (6-7, 2-6, 6-4, 7-5, 4-6). Cette fois-ci, il a tenu bon.

Del Potro : "On a encore une chance"

Il lui faut désormais un miracle, tel que celui réalisé par l'Australie, seule nation en 111 ans de Coupe Davis à avoir comblé un déficit de deux à zéro lors d'une finale, en 1939, aux Etats-Unis. Déjà battu par Feliciano Lopez lors de la victoire espagnole en Argentine en finale 2008, Del Potro a de nouveau échoué au terme d'un formidable combat. Mais il regrettera notamment d'avoir remis son adversaire sur les bons rails en cédant la quatrième manche sur une double faute. "C'était un grand match, a admis "DelPo". On a vu que même en jouant un tennis incroyable on pouvait perdre contre l'Espagne. J'ai entendu David dire qu'il avait joué le meilleur match de sa vie. Mais on est toujours en vie. On a encore une chance. On a confiance en David (Nalbandian) et Edouardo (Schwank)."

Touché au genou à l'entraînement cette semaine, le 11e mondial n'a pas eu l'air de se plaindre physiquement pendant le match, mais tout laisse à penser que cette défaite lui fera plus mal encore. D'autant plus que si les Espagnols ne plient pas la finale dès samedi à l'issue du double, Del Potro devra réussir l'exploit de dominer le N.2 mondial. Tito Vazquez, lui, continue d'y croire tant bien que mal. "A 0-2 on est évidemment dans une situation compliquée. Juan Martin était notre meilleure carte aujourd'hui et il a été très près de gagner dans le quatrième set. Et le capitaine argentin de conclure : Je reste persuadé qu'il peut battre Nadal dimanche." Si ce match venait à se jouer, l'Espagnol viserait sa 67e victoire sur terre battue en 68 matches au meilleur des cinq sets...

. FINALE à SEVILLE (ESP/terre battue)

Rafael Nadal (ESP) bat Juan Monaco (ARG) 6-1, 6-1, 6-2
David Ferrer (ESP) bat Juan Martin Del Potro (ARG) 6-2, 6-7 (2/7), 3-6, 6-4, 6-3

Samedi (14h00): Feliciano Lopez/Fernando Verdasco (ESP) - David Nalbandian/Eduardo Schwank (ARG)

Dimanche (13h00): Rafael Nadal (ESP) - Juan Martin Del Potro (ARG), puis David Ferrer (ESP) - Juan Monaco (ARG)

0
0