AFP

L'étoffe des géants

L'étoffe des géants
Par Eurosport

Le 04/12/2011 à 12:55Mis à jour Le 04/12/2011 à 20:52

Pour la troisième fois en quatre ans, l'Espagne remporte la Coupe Davis. Au terme d'un combat dantesque, Rafael Nadal a apporté à son équipe le point décisif dimanche à Séville face à l'Argentine, en battant Juan Martin del Potro (1-6, 6-4, 6-1, 7-6). L'année s'est achevée en apothéose à Séville.

Rafael Nadal se souviendra longtemps de cette édition de Coupe Davis. Pour la première fois de sa carrière, le N.2 mondial a apporté le point de la victoire à l'Espagne en finale de cette compétition, dimanche sur la terre battue de Séville. Un troisième point synonyme de cinquième sacre pour son pays (après ceux de 2000, 2004, 2008 et 2009), qu'il est allé chercher lui-même au terme d'une rencontre splendide face à Juan Martin Del Potro. Après cinq heures de combat vendredi face à David Ferrer, l'Argentin a tout donné pour bousculer et faire douter Nadal qui a eu raison de son adversaire au bout de quatre heures de jeu et pas mal de sueurs froides. Sacrée pour la troisième fois en quatre ans, l'Espagne succède au palmarès à la Serbie, tombée face à ces mêmes Argentins au mois de septembre en demi-finales, et seul pays à s'être immiscé au milieu du règne ibérique.

Dès le début de la rencontre, Del Potro annonce qu'il ne laissera pas l'Espagnol faire son show. L'Argentin sait que son adversaire n'a perdu qu'une seule rencontre sur terre battue au meilleur des cinq sets (face à Robin Söderling à Roland-Garros en 2009) et c'est avec un état d'esprit conquérant qu'il secoue littéralement le Majorquin. Dans un style similaire au Suédois, les grands coups droits à plat du Gaucho, puissants à souhait, font mouche pendant plus d'une heure. Dans les cordes, l'Espagnol encaisse un terrible 6-1 qui refroidit tout le public espagnol, persuadé à juste titre de la victoire de son protégé. Et ce, d'autant plus que celui-ci n'a plus perdu une rencontre de Coupe Davis depuis sa première apparition en 2004 face à Jiri Novak. Les visages sont encore plus sombres lorsque Del Potro prend, d'entrée de deuxième manche, le service de Nadal qui n'a toujours pas remporté une seule de ses mises en jeu.

L'Espagne toujours invaincue chez elle depuis 1999

Le match bascule au jeu suivant : l'Argentin a trois balles pour mener 2-0... avant que l'Espagnol ne fasse son retard. Et ne marque ensuite son premier jeu de service du match. Après 1h20 de frustration, il reprend vie... "Le deuxième jeu du deuxième set a été très important, confirme le Majorquin. Après avoir réussi à revenir de 0-40, j'ai eu l'impression que le match venait de commencer pour moi." Encore menacé sur une balle de break à 1-1 dans ce deuxième set, le N.2 mondial frappe fort en alignant 26 points sur son service. Del Potro, rattrapé par ses cinq heures de match face à Ferrer, accuse le coup. Les jeux défilent et tout le stade de Séville pense que Nadal a fait le plus dur face à un Del Potro qui finit la partie avec un énorme bandage à chaque cuisse. Du moins, c'est ce que tout le monde pense. Tout le monde sauf l'Argentin, qui réussit à faire la course en tête dans la quatrième manche... avant de flancher à 5-3 alors qu'il sert pour le gain du set.

L'Argentin va alors puiser dans ses dernières ressources pour empêcher le N.2 mondial de conclure le match à 6-5... mais trop pour rivaliser dans le jeu décisif qu'il perd finalement 7 points à 0. C'est finalement en pleurs qu'il serre la main de Nadal après un nouveau superbe combat à rallonge perdu et neuf heures de match en deux jours. Non sans avoir démérité, l'Argentine est l'équipe maudite de Coupe Davis en devenant la première nation à perdre ses quatre premières finales. Mais que faire face cette Espagne-là qui reste invaincue sur ses terres depuis la victoire du Brésil à Lérida en 1999... La question qui reste en suspend aurait été de savoir ce que les Ibères auraient fait dans un cinquième match décisif, après la défaite de leur N.1. Mais sans compter sur la combativité exceptionnelle de Nadal, qui n'a pas laissé passer l'opportunité de vibrer depuis son titre à Roland-Garros. Surtout sur terre battue.

. FILM DE LA FINALE DE COUPE DAVIS 2011 (Séville, terre battue) : ESPAGNE-ARGENTINE : 3-1

Vendredi: Rafael Nadal (ESP) bat Juan Monaco (ARG) 6-1, 6-1, 6-2
David Ferrer (ESP) bat Juan Martin Del Potro (ARG) 6-2, 6-7 (2/7), 3-6, 6-4, 6-3

Samedi: David Nalbandian/Eduardo Schwank (ARG) battent Feliciano Lopez/Fernando Verdasco (ESP) 6-4, 6-2, 6-3

Dimanche: Rafael Nadal (ESP) bat Juan Martin Del Potro (ARG) 1-6, 6-4, 6-1, 7-6 (7/0)

0
0