C’est une très mauvaise nouvelle pour l’Argentine. Elle devra faire cette année sans son fer de lance et atout numéro un, Juan Martin Del Potro. Celui-ci a annoncé vendredi lors d’une conférence de presse qu’il ferait l’impasse sur la Coupe Davis en 2013. Sans Del Potro, l'Argentine pourrait avoir du mal à rééditer son parcours de 2012 où elle s'était inclinée 3 à 2 en demi-finale face au futur vainqueur de l'épreuve, la République tchèque, et celui de 2011, où elle avait atteint la finale.
Il y a plusieurs raisons à la décision de Del Potro. La première tient évidemment au désir de la Tour de Tandil de se rapprocher du sommet. Numéro 5 mondial en 2009 et vainqueur de l’US Open cette même année, Del Potro a ensuite connu de gros soucis physiques qui l’ont écarté des joutes entre les tous meilleurs. Actuellement 7e au classement ATP, JMDP se sent capable, à juste titre, d’aller plus haut. "J'ai des objectifs importants sur le circuit, a-t-il déclaré. Je rêve de gagner d'autres tournois du Grand Chelem et devenir N.1 mondial. Alors, même si ce ne fut pas une décision facile à prendre, il fallait la prendre."
"Je ne peux pas faire plaisir à tout le monde"
Coupe Davis
Vilas dédramatise l'absence de Del Potro
29/12/2012 À 21:16
Mais il se dit aussi que les relations entre Juan Martin Del Potro et le capitaine de l’équipe d’Argentine, Martin Jaite, ne sont pas au beau fixe. Cela a pu jouer aussi dans la décision finale du joueur. En fin de semaine dernière, Del Potro s'était déjà déclaré indisponible pour le premier tour (1er-3 février) face à l'Allemagne. Sur la forme plus encore que sur le fond, Jaite avait peu goûté cette séquence. "Nous envoyons des mails à tous les joueurs susceptibles d'être sélectionnés en leur demandant de nous répondre avant le 10 décembre. Del Potro ne nous a pas répondu, puis m'a fait part le 20 par un SMS de sa décision de ne pas être disponible", avait expliqué le capitaine.
"Je ne peux pas faire plaisir à tout le monde", lui a rétorqué Del Potro vendredi, avant d’envoyer une pique à la fédération argentine, à laquelle il reproche de ne jamais l’avoir consulté pour la désignation du capitaine. "J'aurais aimé que l'on prenne mon opinion en compte", a-t-il déploré.Une façon de dire que Martin Jaite n’a pas toute sa confiance. "J’ai du respect pour Martin et je lui souhaite tous mes vœux de réussite à lui comme à l’équipe", a toutefois conclu Del Potro. Mais sans lui, l’Argentine redevient sur le papier une équipe très ordinaire.