Reuters

Tsonga ou l'échec interdit

Tsonga ou l'échec interdit
Par Eurosport

Le 07/04/2012 à 20:53Mis à jour Le 08/04/2012 à 01:18

Jo-Wilfried Tsonga devra mettre tout en oeuvre pour dominer John Isner dimanche sur la terre battue de Monte-Carlo sous peine de voir l'édition 2012 de Coupe Davis s'arrêter au stade des quarts de finale. Et d'avoir la fin prématurée de la carrière de son capitaine Guy Forget sur la conscience.

"Que Jo fasse respecter son classement !" Tel est le message que Guy Forget a fait passer samedi soir à Jo-Wilfried Tsonga, 6e mondial, et fera encore passer dimanche matin avant d'affronter le 11e au classement ATP et N.1 américain, John Isner, sur la terre battue du Monte-Carlo Country Club (11h). Après la perte du point du double qui a permis aux Etats-Unis de prendre la main dans ce quart de finale (2-1), le capitaine des Bleus a volontairement mis la pression sur son meilleur joueur, ainsi que sur Gilles Simon qui, espère-t-il très fort, pourrait avoir un match décisif à jouer face à Ryan Harrison. Car Forget encaisserait mal de quitter le capitanat de l'équipe de France de Coupe Davis sur une défaite à domicile, dans des conditions soit disant idéales pour son équipe.

AFP

"C'est le plus audacieux qui l'emportera"

"Ce ne sera pas un match de terre battue typique, prévient un Guy Forget qui prône plus que jamais le pragmatisme. Ce sera un match de cogneurs, un match de poids lourds." Avant de glisser : "Je suis lucide et n’imagine pas que Jo breakera deux fois par set. Il y aura un ou des tie-breaks dans ce match", soit un match à l'image de leurs deux premières confrontations, à Washington en 2009 et Paris-Bercy en 2011 (1-1), où pas moins de quatre jeux décisifs sont venus les départager. "Finalement, le plus audacieux parviendra à remporter ce match, soutient encore Mouratoglou. Tsonga comme Isner ont tous les deux des jeux peu efficaces en défense, mais des qualités d'attaquant indéniables. Leur couverture du terrain dictera l'issue de la rencontre car c'est celui qui subira le moins qui aura les meilleures chances de s'imposer."

Si John Isner n'a pas les qualités d'un joueur de terre battue, l'Américain aura un avantage conséquent par rapport à Tsonga : il a signé une victoire de prestige sur Roger Federer sur surface ocre lors du premier tour de Coupe Davis en février. Et il a été le deuxième joueur de la saison à dominer l'actuel N.1 mondial Novak Djokovic en demi-finale d'Indian Wells. Un tableau de chasse qui jure avec celui du N.1 français qui a perdu trois fois contre des joueurs du Top 10 cette saison : Juan Martin Del Potro à Marseille et Dubaï et Rafael Nadal à Miami.

Après une prestation approximative face au jeune Ryan Harrison vendredi, JWT devra être sûr de son tennis pour ne pas perdre pied. Sa plus grande expérience en Coupe Davis comparée à Isner (dix victoires en simple pour le Français contre quatre -sur terre battue- pour l'US) devra l'aider dans cette tâche. "Vendredi, Isner a été plus convaincant que Jo. Maintenant, quand ils s’affronteront dimanche, les schémas tactiques ne seront pas les mêmes, insiste encore Forget, et Jo jouera probablement mieux. Il connaît la Coupe Davis et sait qu’il devra être très bon". La dernière fois que Tsonga a été dans une situation similaire, jouant pour éviter une élimination dès la quatrième rencontre, cela s'était soldé sur un échec retentissant... sur la terre de Cordoue face à Rafael Nadal.

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0