Nick Kyrgios persiste et signe. Déjà indigné par le maintien de l'US Open en raison du risque sanitaire mais aussi du climat social aux Etats-Unis (émeute après la mort de George Floyd), l'Australien n'est pas plus ravi de la reprise du circuit deux semaines plus tôt, le 14 août prochain, du côté de Washington où il est pourtant tenant du titre. Et il l'a fait comprendre mercredi en détournant sur les réseaux sociaux une citation du président de l'ATP Andrea Gaudenzi qui se félicitait du nouveau calendrier annoncé.

Roland-Garros
Le débat : Devait-on donner une invitation à Andy Murray ?
IL Y A 18 MINUTES

"C'est le fruit d'un vrai effort de collaboration (entre les instances et les tournois, NDLR) et nous espérons ajouter d'autres événements à mesure que la situation évolue", avait estimé plus tôt dans la journée Gaudenzi dans un communiqué. Mais pour Kyrgios, l'avis des joueurs n'a pas été consulté ou insuffisamment à son goût, et l'Aussie n'y est pas allé par quatre chemins pour le faire comprendre. "Santé mec, tu t'es vraiment occupé des joueurs pendant cette période", a-t-il d'abord lancé avec ironie. Avant d'enchaîner : "Et collaborer avec nous, ça t'intéresse, patate ?"

Brown : "Sympa qu'on ait eu un appel avec 400 joueurs, moins d'un tiers jouera l'US Open"

Avec son franc-parler caractéristique, Kyrgios le sait : il s'expose à des sanctions de l'ATP, surtout qu'il était encore sous le coup d'une suspension avec sursis quand le circuit a été arrêté. Mais en s'exprimant ainsi, il se fait aussi le porte-parole de bien des joueurs, pas enthousiasmés à l'idée de faire le voyage outre-Atlantique. Si les conditions d'accueil adoucies de l'US Open en ont peut-être fait changer d'avis certains, le top 100, dans sa majorité, était opposé à ce que le Majeur américain se joue.

Dustin Brown, qui joue actuellement l'UTS, y était aussi allé de sa déclaration après l'annonce d'un US Open sans qualifications. "Sympa qu'on ait eu un appel avec 400 joueurs. Moins d'un tiers jouera. Cela montre juste qu'au final nous sommes simplement des numéros", avait-il considéré. Si Serena Williams a, elle, apporté son soutien au tournoi, les joueuses et les joueurs ont décidément du mal à parler d'une même voix.

Roland-Garros
Highlights | Petra Martic - Misaki Doi
IL Y A 28 MINUTES
Roland-Garros
Highlights | Andrej Martin - Joao Sousa
IL Y A 31 MINUTES