Eurosport

Masters Madrid: Novak Djokovic mis à terre par Grigor Dimitrov

Djokovic mis à terre par Dimitrov
Par Eurosport

Le 07/05/2013 à 23:17Mis à jour Le 07/05/2013 à 23:55

Le n°1 mondial Novak Djokovic a été sorti dès son entrée en lice du Masters de Madrid par le Bulgare Grigor Dimitrov (7-6, 6-7, 6-3) en 3h05.

Sensation à Madrid. Au terme d’un combat de 3h05’, Grigor Dimitrov s’est payé le scalp de Novak Djokovic mardi au deuxième tour du tournoi de Madrid. Dans un match où les deux hommes sont allés au bout d’eux-mêmes, le Bulgare a fait tomber le numéro 1 mondial en trois manches (7-6, 6-7, 6-3). Le Serbe n’avait plus été éliminé dès son entrée en lice depuis Miami 2010 et un revers contre Olivier Rochus (6-2, 6-7, 6-4). Après être passé proche de l’exploit devant Rafael Nadal à Monte-Carlo à la mi-avril (6-2, 2-6, 6-4), Dimitrov tient la première grosse performance de sa jeune carrière et confirme son énorme potentiel, notamment sur terre battue. Il défiera au prochain tour le vainqueur du match entre Stanislas Wawrinka et Santiago Giraldo. A bientôt 22 ans (il les fêtera le 16 mai prochain), le 28e joueur mondial a encore démontré toute l’étendue de son talent sur le court central madrilène.

Dès les premiers échanges, il a saisi la moindre opportunité de dicter le jeu du fond et mis la pression sur un Djokovic mal dans ses baskets. Visiblement nerveux, gêné par le revers à une main de son adversaire, qu’il avait battu lors de leurs deux seules confrontations avant Madrid, le Serbe n’a jamais réussi à imposer sa griffe dans le premier set. Après avoir bataillé pour rester au contact et sauver quatre balles de break sur cinq, il a fini par céder au tie-break. Dès l’entame de la seconde manche, Dimitrov, pourtant plombé par un pourcentage de premières balles moyen (52%), a poursuivi sur sa lancée. Il a rapidement pris le service de Nole pour faire la course en tête. Le leader du classement ATP était alors balloté de toutes parts, incapable de trouver une esquisse de solution sur le terrain et se dirigeait tout droit vers une défaite sèche en deux manches.

Djokovic aurait-il insulté le public ?

Mais sur un point anodin, à 40-15 sur son jeu de service alors qu’il était mené 4-2, Djokovic s’est bloqué la cheville droite, celle où il s'est déjà donné une entorse début avril. Se tordant de douleur, il a immédiatement fait appel au kiné pour se faire soigner et interrompre ainsi le jeu. Une coupure d’une dizaine de minutes qui a stoppé Dimitrov dans son élan et qui a eu pour effet de revigorer le Serbe. Interprétant cela comme un coup de vice du numéro 1 mondial, le public de Madrid a pris fait et cause pour le Bulgare. Dans ce contexte hostile, Djokovic s’est rebellé pour arracher le deuxième set dans le jeu décisif, après avoir écarté une balle de match. Au moment de revenir sur sa chaise, l’œil noir et le poing sur le cœur, il aurait même insulté le public dans sa langue natale, signe de sa frustration et de sa nervosité. Sauf qu’il est retombé dans ses travers dans le troisième set. Breaké d’entrée, il n’a jamais pu faire son retard.

Multipliant les fautes, surtout en coup droit, et dominé par un Dimitrov perclus de crampes, certainement la faute à l’émotion, le Serbe a subi sans pouvoir desserrer l’étreinte. Sur une énième faute directe, il a offert la victoire au Bulgare. Déjà auteur d’un parcours mitigé à Monte-Carlo, même s’il avait remporté le titre au mental, Djokovic a encore prouvé qu’il n’était pas à 100% de ses moyens, alors que Roland-Garros approche à grands pas. Avec plus de coups gagnants (36-32) et moins de fautes directes que son adversaire (40-45), Dimitrov a lui marqué les esprits en vue du Grand Chelem parisien. Fort dans sa tête, même si son corps a de nouveau failli le trahir, il tenu bon pour sortir des coups de génie dans les moments chauds pour maintenir son adversaire à distance. Il a ainsi pris rendez-vous pour le futur. Pour lui, il s’annonce doré.

AFP

0
0