Benneteau dans la douleur

Benneteau dans la douleur
Par AFP

Le 17/12/2009 à 23:13Mis à jour

Julien Benneteau a souffert pour se débarrasser de David Guez, à l'issue d'un super jeu décisif (6-2, 2-6, 12-10), lors de la première journée des Masters France. Si Marc Gicquel et Michaël LLodra ont démarré tranquillement, Jérémy Chardy a été contraint à l'abandon face à Arnaud Clément.

. POULE BLEUE :

Marc Gicquel bat Thierry Ascione 7-5, 6-1

Marc Gicquel, éliminé après deux défaites en autant de matches la saison dernière, n'a cette fois été inquiété qu'au cours d'une première manche où il devait sauver trois balles de set contre Thierry Ascione. Mais il l'a fait avec autorité, en prenant dans la foulée la mise en jeu adverse. "Sorti du match", selon ses propres termes, Ascione, le joueur le moins bien classé (152e) de ce Masters France, allait ensuite perdre quatre jeux d'affilée pour finalement s'incliner sur un coup droit gagnant de Marc Gicquel en moins de 70 minutes.

Julien Benneteau bat David Guez 6-2, 2-6, 12-10

Julien Benneteau, qui menait 6-2 et avec un break dans la deuxième manche, a ensuite connu un terrible passage à vide, cédant cinq jeux d'affilée pour perdre le set 6-2 au profit d'un David Guez retrouvé. Sur sa lancée, ce dernier a encore résisté dans le super tie-break, se procurant même une balle de match, mais doit s'avouer vaincu sur la quatrième tentative de conclusion du 46e joueur mondial, vainqueur 6-2, 2-6, 12-10.

. POULE ROUGE :

Arnaud Clément bat Jérémy Chardy 2-6, 4-1 ab.

Jérémy Chardy, 32e mondial, a été contraint à l'abandon face à Arnaud Clément en raison d'une douleur au dos. "Je préfère ne pas prendre de risque, car je suis en pleine préparation pour l'Open d'Australie", a déclaré Jérémy Chardy, révélation de l'année et vainqueur de son premier titre à Stuttgart. Le Palois, qui doit prendre une décision vendredi concernant la suite de cette épreuve, était mené 4-1 dans le second set. Il avait remporté la manche initiale 6-2.

Michaël Llodra bat Paul-Henri Mathieu 6-2, 6-2

Pour sa part, Michaël Llodra a profité du manque de régularité au service de Paul-Henri Mathieu, auteur se surcroît de trop nombreuses fautes directes, pour l'emporter sans coup férir.

0
0