Getty Images

Federer : "C’est pour ce genre de match que la retraite peut attendre"

Federer : "C’est pour ce genre de match que la retraite peut attendre"

Le 19/03/2018 à 10:37Mis à jour Le 19/03/2018 à 11:25

INDIAN WELLS - Battu par Juan Martin del Potro au terme d'un match sublime en finale du Masters 1000 d’Indian Wells (6-4, 6-7, 7-6), Roger Federer n'a pas caché sa frustration après avoir eu trois balles de match. Mais le Suisse a trouvé de bonnes raisons de relativiser sa défaite. Et malgré son échec, il se réjouit de vivre encore de tels moments sur le circuit.

C'est le type de combat où ça fait mal de voir un vaincu. Juan Martin del Potro et Roger Federer ont livré un match magnifique dimanche soir à Indian Wells. Une ambiance de feu pour une lutte acharnée de près de trois heures, un suspense insoutenable, des points de folie, des rebondissements improbables… Il fallait un perdant et c'est tombé sur celui que l'on n'attendait pas. Invaincu jusque-là en 2018, Federer a fini par céder. Il tenait quasiment cette 18e victoire depuis le début de l'année civile. Mais elle a fini par lui filer entre les doigts. Frustrant, forcément.

Le numéro un mondial a de quoi avoir des regrets. Il a servi pour le match à 5-4 dans le troisième set. Il a eu des occasions de conclure la rencontre pour s'adjuger un 98e titre en carrière. Et il s'en veut fatalement de ne pas les avoir saisies. "J'étais tellement près… 5-4, 40-15 au 3e set, ça fait mal forcément, reconnaissait-il en conférence de presse. Perdre n'importe quel jeu de service après avoir mené 40-15, c'est dur. Parce qu'avec une telle avance, les chances de perdre le jeu sont très minces. Mais que j'aie eu trois balles de match, une ou bien vingt, peu importe à l'arrivée".

Federer n'a pas besoin d'aller chercher bien loin pour trouver des raisons d'atténuer sa déception. Déjà, il n'est pas malheureux d'avoir emmené del Potro dans une troisième manche, alors que l'Argentin a eu l'occasion de s'imposer dès le deuxième set (en obtenant une balle de match dans un tie-break finalement remporté par le Suisse 10 points à 8). "Je préfère perdre comme ça, a-t-il estimé. Ça me montre que j'ai bien joué, que j'ai fait plein de bonnes choses. Quand j'ai perdu contre Mardy Fish une fois en demi-finale 6-2, 6-3, tu te fais balayer sur le terrain et ce n'est jamais un bon sentiment. Je préfère dans deux semaines ou dans deux mois, regarder en arrière et me dire celui-là, j'aurais aussi pu le gagner."

"C'était entre Juan Martin et moi"

Le Suisse laissait même transparaître une pointe de satisfaction dans la défaite. Celle d'avoir joué ce match, tout simplement. De vivre ce moment après avoir traversé des passages difficiles dans sa carrière. Et aussi de l'avoir partagé avec del Potro. "Honnêtement, c'est un grand match, soulignait-il. On s'est bien amusés, il y avait une bonne intensité. On adore ça. C'était difficile sur le court, mais ça a toujours été loyal. C'était entre Juan Martin et moi. A la fin, vous pouviez voir à quel point on apprécie toutes ces finales où nous nous sommes affrontés. C'est important pour nous deux."

Juan Martin Del Potro et Roger Federer

Juan Martin Del Potro et Roger FedererGetty Images

Federer ne se prive pas de savourer même s'il a perdu. A 36 ans, et malgré une longévité qui force l'admiration, il sait que le temps est compté. Il sait aussi ce qu'il a accompli jusqu'ici. Et c'est le meilleur moyen de relativiser son échec. "Je suis heureux depuis très longtemps sur le circuit, glissait-il dans un sourire. Depuis que je suis devenu numéro un mondial en 2004, depuis que j'ai gagné Wimbledon en 2003, j'ai réussi ma vie de tennisman parce que j'ai réalisé des rêves d'enfant. C'est pour ça que la retraite peut attendre. Je profite juste du présent, je passe vraiment de bons moments."

D'autres sont à venir. Et Federer se tourne déjà vers l’échéance suivante. La semaine prochaine, le numéro un mondial sera de nouveau sur le pont à Miami. Avec l'étiquette de numéro un mondial et celle de tenant du titre. Et la volonté de préparer au mieux la défense de son bien. "Le plus important dans un premier temps sera la récupération, même si je me sens plutôt bien maintenant après deux matches difficiles contre Coric et DelPo, a-t-il avancé. Je me réjouis de jouer à Miami, et j'espère aller loin encore une fois, et m'offrir une chance de défendre mon titre". Histoire de faire encore durer le plaisir.

0
0