Getty Images

Indian Wells vintage : 1988, l'acte de naissance de Pistol Pete

Indian Wells vintage : 1988, l'acte de naissance de Pistol Pete

Le 11/03/2020 à 13:24Mis à jour Le 11/03/2020 à 18:23

INDIAN WELLS - Il n'y aura pas de tennis à Indian Wells cette année. Merci le coronavirus. Cela nous laisse un peu de temps pour nous replonger dans les grandes heures du tournoi. Chaque jour, retour sur une page marquante ou un match inoubliable restés dans l'histoire du Masters 1000 californien. Mercredi, cap sur 1988 et l'éclosion d'un gamin de 16 ans nommé Pete Sampras.

Pete Sampras – Ramesh Krishnan

Edition : 1988
Tour : 1er tour
Vainqueur : Pete Sampras (Etats-Unis)
Adversaire : Ramesh Krishnan (Inde)
Score : 6-3, 3-6, 7-6 (7)

Voilà un match qui a marqué l'histoire du tournoi. Même si personne ne l'a su sur le coup. Au mieux, les plus avisés ont pu le pressentir. Ce 29 février 1988, un gamin de 16 ans allait signer la toute première victoire de sa carrière professionnelle. 761 autres suivraient, certaines plus prestigieuses que celle-ci. Mais pour Pete Sampras, puisqu'il s'agit de lui, tout a commencé là, sur un court annexe d'Indian Wells. Celui que personne n'appelle encore Pistol Pete ne fait pas semblant pour marquer son entrée dans le concert international. Sa première victime, Ramesh Krishnan, est un nom. S'il a un peu baissé au classement, l'Indien au tennis soyeux pointe encore au 37e rang.

Le jeune Sampras a réussi peu avant un premier petit exploit à son échelle en sortant des qualifications à Philadelphie, pour jouer son tout premier match sur le grand circuit. Dans la mythique salle du Spectrum, il a, comme il le dira, un "avant-goût de la grande scène du haut niveau". Ce qui l'impressionne le plus ? "Les posters des stars qui avaient donné des concerts ou joué ici. Il y en avait partout. Bruce Springsteen, Elton John, Rod Laver et d'autres." Mais il revient vite sur terre, s'inclinant en deux sets (6-3, 6-4) contre son compatriote Sammy Giammalva.

De l'hôtel miteux au Hyatt

A Indian Wells, presque à domicile puisqu'il vit à Palo Verdes, près de Los Angeles, le Californien parvient à nouveau à se hisser dans le tableau final. Il découvre un nouveau monde, comme il l'a raconté dans son autobiographie :

"Gus (son frère) et moi sommes arrivés à Indian Wells pour les qualifications. Nous logions dans un hôtel miteux. Le genre où tu gares la voiture juste devant la porte de ta chambre et tu entends les gens marcher à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit. Puis je me suis qualifié et on nous a installés au Hyatt Grand Hotel. En tant que joueur du grand tableau, j'avais droit à une chambre gratuite. Avec Gus, c'est comme si on avait touché le jackpot à Las Vegas. Quand nous sommes entrés dans la chambre, nous sommes restés bouche-bée. On a sauté sur les grands lits, regardé les films à la demande sur la télé câblée et on a profité du panier de fruits offert. Je n'avais jamais été aussi heureux de ma vie."

893e mondial après ses victoires en qualifications à Philadelphie, Pete Sampras n'a pas encore achevé sa croissance. Il culmine alors à 1,80m sous la toise et prendra encore cinq centimètres d'ici la fin de son adolescence. S'il est encore un jeune homme et un joueur en construction, sur le court, l'Américain dévoile déjà ses promesses. Pas intimidé (ou en tout cas n'en montre-t-il rien), il entre bien dans son match et remporte le premier set.

Ramesh Krishnan

Ramesh KrishnanGetty Images

Wimbledon, déjà dans un coin de la tête

Vieux briscard pénible à jouer, Ramesh Krishnan recolle à une manche partout et tout se joue dans une fin de match crispante pour un gamin. Du haut de ses 16 ans, Pete Sampras affiche alors une vraie force de caractère en écartant trois balles de match avant de s'imposer 9 points à 7 dans le tie-break décisif. On se souvient toujours d'une première victoire. Avec un tel scénario, encore plus.

Même si tout reste à polir, les bases du futur Sampras sont déjà là, à commencer par cette première balle qui claque comme un fouet. Krishnan sort du court bluffé parce ce qu'il a vu : "il sert très bien et il est solide au filet, c'est impressionnant. C'est difficile de dire à 16 ans ce que donnera un joueur mais il joue très bien et il a un grand potentiel."

Pour la première conférence de presse de sa vie, on demande à Pete quel est son plus grand rêve : "c'est de gagner Wimbledon, souffle-t-il. Ça ne veut pas dire que je vais y arriver, mais c'est mon objectif, je rêve de le faire." Tu le feras, Pete, tu le feras. Et pas qu'une fois.

Né pour jouer au tennis

En attendant, son premier coup d'éclat est suivi d'un autre, plus retentissant encore. Au deuxième tour, Sampras affronte Eliot Teltscher. Ancien numéro 6 mondial, l'Américain est sur la pente descendante à 29 ans, mais il figure encore à la 25e place au classement ATP. "C'était encore un grand nom à l'époque", rappelle Sampras. Sur sa lancée, il s'impose en deux sets, 7-5, 6-3. Il s'arrête en huitièmes de finale face à Emilio Sanchez, 18e mondial, sans démériter (7-5, 6-2).

En une poignée de jours, sa vie vient de changer. "La question n'était plus de savoir si j'allais passer professionnel à temps plein, mais quand", explique-t-il. Sampras prend un agent, son père se consacre à temps plein au prometteur rejeton et, l'été venu et le lycée derrière lui, Pete décide de se lancer à fond dans l'aventure et de ne pas s'inscrire à la fac. Il n'aura pas à le regretter. Membre du Top 100 dès la fin de l'année 1988, il décrochera son premier titre du Grand Chelem en septembre 1990, à l'US Open. Sur ces trente dernières années, il est le seul joueur, avec Rafael Nadal, à avoir remporté un Majeur avant son 20e anniversaire.

Mais tout avait bel et bien débuté ici, à Indian Wells. Dès ce mois de mars 1988, Tennis Magazine lui consacre ses premières lignes, élogieuses et presque prophétiques : "Grand, costaud, Sampras semble posséder une maturité de jeu étonnante compte tenu de son âge et de son inexpérience, ce qui fait dire à Tom Gorman, le capitaine de l'équipe américaine de Coupe Davis qu'il 'est né pour jouer au tennis' ". Et pour gagner.

Pete Sampras, tout jeune, au début de l'année 1990.

Pete Sampras, tout jeune, au début de l'année 1990.Getty Images

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313