Getty Images

Après un choc de titans, Djoko met Delpo à terre

Après un choc de titans, Djoko met Delpo à terre

Le 18/05/2019 à 01:05Mis à jour Le 18/05/2019 à 09:08

MASTERS 1000 ROME - Le public italien a assisté vendredi à l'un des sommets de cette première partie de saison. A l'issue d'un combat gigantesque de 3h01, Novak Djokovic, accrocheur en diable, est venu à bout d'un Juan Martin Del Potro longtemps impressionnant et qui a obtenu deux balles de match. Vainqueur 4-6, 7-6, 6-4, le n°1 mondial serbe affrontera Schwartzman en demi-finales.

Il a plié, mais il n’a pas rompu. Novak Djokovic est toujours en vie à Rome, mais il est passé tout près de la sortie face à un Juan Martin Del Potro des grands soirs. Le numéro 1 mondial est venu à bout de l’Argentin vendredi après une immense bataille de trois sets (4-6, 7-6, 6-4) et plus de trois heures de jeu, non sans avoir dû écarter deux balles de match. Le Serbe affrontera Diego Schwartzman samedi en demi-finale.

L’affiche était alléchante et les acteurs ont été plus qu’à la hauteur des espérances. A commencer par le vaincu, Juan Martin Del Potro. Au Foro Italico, la "Tour de Tandil" disputait son troisième tournoi seulement de la saison, après Delray Beach en février et Madrid la semaine passée. La faute à un genou capricieux depuis octobre dernier lorsqu’il s’était fracturé la rotule à Shanghaï. Sept mois après, il s’est totalement rassuré sur le plan physique face au numéro 1 mondial, faisant jaillir la foudre de sa raquette à de multiples reprises.

Del Potro, un revers retrouvé

L’Argentin n’est décidément pas fait du même bois que les autres : seulement dix jours après son retour officiel à la compétition, son niveau de jeu a atteint des sommets. Une performance dont on n’osait pas rêver pour un joueur dont la carrière aura été jonchée de blessures graves. D’entrée, il a montré qu’il n’était pas là pour faire de la figuration : rivalisant en cadence dans la diagonale revers face à Djokovic, il n’a que très rarement usé du slice pour ne pas lui laisser la direction des échanges. Une tactique risquée mais payante tant il est parvenu à recouvrir ce coup avec efficacité, comme à ses plus belles heures.

Del Potro s’est appliqué à tenir ses jeux de service, écartant pas moins de six balles de break au cours d’une première manche très disputée. Et il a surgi à trois partout, faisant la différence en coup droit décroisé pour instiller un grain de sable dans la mécanique parfaitement huilée jusqu’alors du Serbe. Plein de sang-froid malgré la précision de la relance adverse, il a tenu ce break d’avance jusqu’au bout pour virer en tête (6-4).

Il a manqué un coup droit à l'Argentin

Déjà de grande qualité, le match a basculé dans le sublime dans le deuxième set. Rendus nerveux par l’âpreté du combat, les deux titans ont quelque peu évacué leur tension en se défoulant sur le pauvre arbitre, Carlos Bernardes, aux changements de côté. En cause, l’état du court central qui a d’ailleurs joué un vilain tour à Del Potro : ce dernier a cédé pour la première fois son service sur un faux rebond à la neuvième tentative adverse. Frustré, l’Argentin a passé ses nerfs sur la balle au moment où Djokovic servait pour égaliser à un set partout à 5-3. Résultat : un debreak et une manche achevée par un tie-break électrique.

Sur un nuage, le 9e joueur mondial a eu deux occasions de conclure la partie à 6 points à 4 en sa faveur. Mais son coup droit, qui avait fait tant de dégâts, l’a lâché au pire moment sur sa première balle de match. Avec des nerfs d’acier, Djokovic a sauvé la seconde sur une amortie de revers parfaite. Dans la foulée, il a remis les compteurs à zéro (4-6, 7-6), hurlant sa rage à pleins poumons. Revenu de l’enfer, il est passé encore proche de la correctionnelle en début de troisième set, écartant trois balles de break, avant de ravir l’engagement adverse pour la deuxième fois de la partie (4-6, 7-6, 4-2) sur une faute… en coup droit de Del Potro, décidément trahi par son arme fatale dans les moments chauds.

Djokovic n’a plus lâché son avantage et a conclu ce feu d’artifice tennistique par un ace au T. Au filet, les deux hommes se sont donné une belle accolade. "C’est bon de te revoir à ce niveau", a soufflé le numéro 1 mondial à la "Tour de Tandil". Une pensée sûrement partagée par tous les spectateurs et téléspectateurs de cette partie incandescente. A dix jours de Roland-Garros, le retour au premier plan de l’Argentin ne pouvait pas mieux tomber. Quant au Serbe, il accumule les victoires-références, de quoi booster encore un peu plus sa confiance, s’il en avait besoin.

Juan Martin Del Potro

Juan Martin Del PotroGetty Images

Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0