Djokovic: "Pas de risques"

Djokovic: "Pas de risques"
Par Eurosport

Le 26/04/2008 à 10:09Mis à jour

Novak Djokovic n'était pas prêt à lutter trop longtemps face à Roger Federer. Malade depuis trois jours, il a préféré abandonner en demi-finale du MS Monte-Carlo pour ne pas prendre de risques inutiles. Il salue du même coup le N.1 mondial qui l'a poussé

MS MONTE-CARLO - Demi-finales

Roger Federer (SUI/N.1) bat Novak Djokovic (SRB/N.4) 6-3, 3-2, abandon.

Quel est le problème, Novak?

NOVAK DJOKOVIC : "Je ne me sens pas bien depuis trois jours. Je me suis réveillé ce matin avec mal à la gorge. J'ai pensé que ce n'était rien. Mais quand on joue contre le n°1 mondial, beaucoup de balles reviennent et les points sont plus longs. Je n'arrivais pas à récupérer suffisamment entre chaque point. Il me fallait beaucoup de temps. Alors j'ai décidé de ne prendre aucun risque."

Pouvez-vous décrire vos symptômes ? Avez-vous la nausée ? Avez-vous seulement un mal de gorge ?

N.D : "J'ai mal à la gorge. J'ai eu des vertiges ces trois derniers jours. Je ne sais pas exactement. Le docteur du tournoi n'a pas pu me donner le bon diagnostic. Je vais faire un check-up dès que possible."

Avez-vous trop forcé pour arriver à cette demi-finale, vu les circonstances ?

N.D : "J'aurai pu en faire encore plus. Mais malheureusement, aujourd'hui, je n'étais pas suffisamment prêt physiquement. Je suis vraiment déçu de devoir terminer comme ça. Je suis désolé pour le public et pour tout le monde. Et en premier pour moi… Mais je place toujours la santé avant tout. Une demi-finale est un très bon résultat. Pas de doute. Je ne suis pas excessivement déçu. Finir dans les quatre meilleurs du tournoi est un bon résultat. "

Avez-vous de la fièvre ?

N.D : "Pas pour l'instant, je l'espère. Enfin je ne sais pas. "

Vous étiez déjà malade au premier set du match précédent.

N.D : "Oui, c'est toujours comme cela, depuis ces trois derniers jours, comme je l'ai dit. Mais les adversaires précédents n'étaient pas aussi coriaces et je n'avais pas à jouer des points aussi longs qu'aujourd'hui. J'avais besoin d'aller un pas plus loin aujourd'hui, de faire quelque chose de spécial, pour pouvoir gagner le point. C'est normal contre le meilleur joueur du monde. Et malheureusement je n'ai pas pu le faire. Je dois voir le bon coté. "

Et voir la saison qui s'annonce, car la terre battue est très exigeante. Pour être au top à Paris, vous devez vous préserver ?

N.D : "Bien sûr. Je dois y penser sérieusement, surtout dans ces prochains jours. Je vais avoir une semaine avant Rome. J'espère donc être prêt."

Comment Roger vous a-t-il paru, pour la première rencontre depuis Melbourne ?

N.D : "Bien. Il a été plus agressif qu'à Melbourne. Je pense qu'il joue un cran plus haut. Il a été plus patient. Et je pense avoir fait des erreurs cruciales au premier set. J'ai eu des chances à 3/3 ou 2/2, quelques balles de break. Malheureusement, à la fin, je n'ai pas tenu physiquement. Dans ces moments-là, au lieu d'être patient et de renvoyer une fois de plus, j'ai essayé de finir le point dès le retour. Du coup, j'ai fait la faute. "

Quand exactement avez-vous commencé à vous sentir mal aujourd'hui ?

N.D : "Dès le début, je ne me sentais pas bien. Mais au début, on est encore frais. Après un moment, suite à des échanges plus longs, après cinq ou six jeux, j'ai commencé à me sentir de pire en pire. Déjà à la fin du premier set, j'ai pensé arrêter. Mais je voulais voir si cela allait si je continuais. Cela n'en vaut pas la peine. Je n'ai que 20 ans. J'ai encore beaucoup de temps, beaucoup de tournois devant moi."

Après trois jours, personne n'a pu vous dire ce que vous aviez exactement ?

N.D : "Non. J'ai juste pensé que ce n'était pas grave. J'ai bien joué pendant mes matches et je me suis senti bien après. J'ai posé la question au docteur hier. Mais il a dit que je n'avais rien, ce que je ne crois vraiment pas. Je crois qu'il n'a pas donné le bon diagnostic. Je vais me faire examiner le plus vite possible. "

0
0