Il n'est pas du genre à renoncer facilement, mais il ne peut que constater la dynamique. Rafael Nadal est revenu mercredi à la télévision espagnole, dans un entretien accordé à la chaîne Vamos de Movistar+, sur la course aux records dans laquelle il est engagé depuis des années avec Roger Federer et Novak Djokovic. Avec 20 titres du Grand Chelem chacun, les trois rivaux co-détiennent le record le plus important du tennis moderne, mais selon le Majorquin, c'est bien le Serbe qui a les clés désormais pour aller encore plus haut.
"Djokovic est clairement le mieux placé pour devenir le joueur avec le plus de titres en Grand Chelem. Il faut pas se mentir : Federer est où il en est et je suis où j'en suis. En revanche, Djokovic joue et connaît une période faste", a ainsi déclaré Nadal sans langue de bois, lucide sur l'état de forme de chacun des candidats. Opéré une 3e fois du genou droit en août dernier, son vieux rival suisse (40 ans) espère bien effectuer un ultime come-back, mais il n'aura pas lieu avant l'été prochain. Quant à Nadal lui-même, il a également arrêté sa saison cet été à cause d'une blessure au pied et n'est toujours pas certain d'être prêt pour le prochain Open d'Australie.
Open d'Australie
Deux ans et demi après, revoilà Anisimova : "Je travaille dur pour retrouver ces moments"
IL Y A 4 HEURES
C'est la réalité et on ne peut pas l'ignorer
Au début de la saison 2021, Nadal et Federer comptaient 20 Majeurs chacun, avec trois longueur d'avance sur Djokovic. Quelques mois et un nouveau Petit Chelem (le 3e après 2011 et 2015) dans la besace plus tard, le numéro 1 mondial serbe est revenu à hauteur et ne donne pas de signe de lassitude à 34 printemps. Contrairement à ses compères du "Big 3". "C'est la réalité et on ne peut pas l'ignorer. On verra ce qui peut se passer d'ici neuf mois, mais il est le favori à l'heure actuelle", a poursuivi le Majorquin qui se gardait bien jusqu'ici de faire des pronostics. Auparavant, sur le sujet, il se bornait à dire qu'il ne pouvait être jaloux de ce que les autres accomplissaient.
Dans cette optique, Nadal en a profité pour évoquer la concurrence des Daniil Medvedev, Alexander Zverev et autres Stefanos Tsitsipas, encore régulièrement assimilés à la "Next Gen" alors que le temps passe. L'Espagnol a d'ailleurs rejeté l'expression, considérant qu'ils étaient désormais prêts à prendre la relève. "Ils ne sont plus la 'Next Gen', ils ne peuvent pas l'être éternellement. Des joueurs comme Medvedev, Zverev ou Tsitsipas ont franchi cette étape : ils sont désormais la génération actuelle, celle du présent."
Open d'Australie
Kecmanovic, un Serbe en mission, un danger pour Monfils
IL Y A 4 HEURES
Open d'Australie
"Sascha veut être parfait, c'est pour ça qu'il est si dur avec lui-même"
IL Y A 4 HEURES