Eurosport

Gasquet: "Trop crispé"

Gasquet: "Trop crispé"
Par Eurosport

Le 20/01/2008 à 11:45Mis à jour

Battu par Jo-Wilfried Tsonga en quatre sets, Richard Gasquet accusait le coup lors d'une conférence de presse où il fut question d'une blessure au pied droit et d'une certaine tension. Nouvelle et dure leçon pour le n°1 français…

OPEN D'AUSTRALIE - 8es de finale messieurs

Jo-Wilfried Tsonga (FRA) bat Richard Gasquet (FRA, 18) 6-3, 6-7 (5/7), 7-6 (8/6), 6-3
Prochain adversaire : Davydenko (RUS, 4) ou Youzhny (RUS, 14)

Vous avez été soigné au pied droit pendant le match. Quelle est la nature de cette blessure ?

Richard Gasquet : Ce n'est pas super depuis deux ou trois jours. Je suis sous anti-inflammatoires depuis mon match contre Lopez. J'ai un problème au petit orteil. Hier, la douleur était importante. Aujourd'hui, je me suis donc bourré d'anti-inflammatoires. Là, je peux à peine poser mon pied par terre.

Cette blessure explique-t-elle votre très timide entame de match ?

Oui, mais j'étais également crispé. C'était la première fois que je jouais sur ce central et je suis toujours nerveux quand je découvre un stade comme ça. Je n'avais pas le court dans l'&oeligil. J'ai été ridicule au 1er set.

On vous a constamment senti sur la retenue…

R.G. : C'est toujours le même truc. Je me crispe. Je ne suis alors pas bien dans mes coups. Je reste trop loin derrière ma ligne de fond de court. Je cours plus que je ne devrais. Il faut que j'ose davantage. Dans ces situations, je ne suis pas assez relâché.

Jo-Wilfried Tsonga a, lui, bien abordé la rencontre. Comment jugez-vous sa performance ?

R.G. : Il a très bien joué. Il a pris sa chance. Il a le niveau de jeu d'un Top 20, voire mieux. Son service fait mal. Et puis il a progressé dans tous les domaines, que ce soit en revers ou en coup droit. Lors de ce match, il n'a pas faibli. Oui, il a un gros potentiel pour faire partie des 10 meilleurs.

C'est votre première défaite contre un Français dans le Grand Chelem. Comment recevez-vous cet échec ?

R.G. : C'est bien qu'il y ait des jeunes comme lui qui arrivent. Ça me pousse vers le haut. C'est de la bonne émulation.

Quels premiers enseignements tirez-vous à chaud ?

R.G. : Je dois progresser. Je suis très motivé pour ça. Et il ne faut plus que je sois crispé comme je le suis.

0
0