OPEN D'AUSTRALIE - QUARTS DE FINALE

Roger Federer (SUI/N.1) bat Juan Martin Del Potro (ARG/N.8) 6-3,6-0,6-0
Prochain adversaire : Roddick

Open d'Australie
Simon "n'a plus peur"
27/01/2009 À 19:45

C'est peut-être le match que tout le monde guettait depuis un an. Roger Federer ne s'est pas contenté d'écrabouiller Juan Martin Del Potro. Il s'est définitivement rassuré sur son intensité dans un match au plus haut niveau et a envoyé un message très clair : il faudra être diablement fort pour l'empêcher d'égaler le record de 14 titres du Grand Chelem détenu par Pete Sampras. Pour l'heure, Federer "se contente" d'améliorer son record de participations consécutives aux demi-finales dans un tournoi majeur. Le Suisse y atteint le dernier carré pour la 19e d'affilée. Et, autant être clair, Federer se contente rarement de cela. Sur ces 19 demies, il en a gagné 16... Son prochain adversaire, Andy Roddick est prévenu.

Saveur "à l'ancienne"

L'Américain est d'autant plus au courant des faits d'arme de Federer qu'il a lui aussi régulièrement fait les frais de la voracité de son rival. Il y a deux ans notamment, le Texan avait subi une déculottée (6-4, 6-0, 6-2) semblable à celle reçue par Del Potro. En revanche, l'an passé, l'Helvète avait peiné à atteindre ce niveau d'intensité. Régulièrement, il levait le pied après un bon set. Même en finale de l'US Open, face à Andy Murray, son match pourtant le plus abouti de la saison 2008, Federer avait éprouvé le besoin de souffler après une première manche proche de la perfection (6-2, 7-5, 6-2). Pas cette fois et c'est sans doute l'information principale de ce match : Federer, ultra-préparé cet hiver, est de nouveau capable de jouer "à l'ancienne". Quand il infligeait des punitions aux plus grands joueurs de la planète...

"Comme un numéro un mondial"

Pour cela, Federer a rendu une copie parfaite : 12 aces, 70% de premières à 86% de réussite derrière, 38 coups gagnants, 21 montées gagnantes sur 25. Le tableau de bord laisse rêveur. "Je ne pouvais pas m'attendre à ça, ce n'est pas normal," feint de s'étonner le numéro deux mondial. Magnanime, Federer se prend même à minimiser sa prodigieuse performance du jour. "Il ne devait pas être à son top, j'ai vraiment très bien joué. Tout a fonctionné ! J'espère que je peux garder cette forme" . Face à tant de sobriété, le mieux est encore d'aller sonder le vestiaire d'en face. "Ce qui s'est passé? Il faut le demander à Roger. Je n'ai pas existé dans ce match. Il a joué comme un numéro un mondial et voilà. C'est Roger Federer. Il a tout fait à la perfection. Il n'y avait rien à faire." Federer a deux matches pour démontrer que le patron est bien revenu aux affaires.

Open d'Australie
Roddick fait craquer Djokovic
27/01/2009 À 05:00
Open d'Australie
Tsonga : "Je joue mieux les points importants"
26/01/2009 À 14:00