OPEN D'AUSTRALIE - Demi-finales messieurs
Rafael Nadal (ESP/N.1) bat Fernando Verdasco (ESP/N.14) 6-7(4/7), 6-4, 7-6(7/2), 6-7(1/7), 6-4. Prochain adversaire: Federer.
Roger Federer (SUI/N.2) bat Andy Roddick (USA/N.7) 6-2, 7-5, 7-5
Open d'Australie
Nadal: "Incroyablement difficile"
30/01/2009 À 16:29
Tranquillement installé dans sa chambre d'hôtel, Roger Federer a certainement apprécié le spectacle. La demi-finale entre Rafael Nadal et Fernando Verdasco à Melbourne restera en effet longtemps dans les mémoires. Mais surtout, le Suisse peut savourer ces 24 heures de repos supplémentaires, d'autant plus décisives que lui avait zigouillé Andy Roddick en trois sets jeudi quand Nadal a dû lutter plus de 5h pour se tirer de la patte gauche de ce Verdasco proprement fabuleux. N'empêche : voilà Nadal pour la première fois en finale à Melbourne, sa huitième en Grand Chelem dont sept contre Federer. Une sorte de progression logique à bien y regarder : quart-de-finaliste en 2007, en demie en 2008 et finaliste en 2009. Chacun s'en doute, l'insatiable Espagnol grillerait bien cette étape pour aller directement au trophée.
Mais qui eut cru que le numéro un mondial devrait suer autant pour sortir un rival déjà dominé six fois sur six par le passé. "Mais ce n'était pas le même Fernando", précisait quand même Nadal avant le coup d'envoi de leur 7e joute. Tout le monde a pu constater que le Majorquin disait vrai. Ce Verdasco, tombeur d'Andy Murray et du finaliste 2008 Jo-Wilfried Tsonga, s'est attaché à montrer pourquoi il avait atteint le dernier carré majeur pour la première fois de sa carrière, lui qui n'avait jamais dépassé le stade des huitièmes. Même perdant, le demi-finaliste sera un nouveau membre du Top 10 à l'issue de la quinzaine australienne. "C'est dommage de jouer un match comme ça et de le perdre , estime "Nando". Je suis très fier de mon niveau. Cela a été un match incroyable. On a tous les deux joué à un niveau fantastique. Ce match, je m'en souviendrai toute ma vie."
193 points à 192
Cinq sets durant, le Madrilène a été de toutes les audaces avec une précision, voire une réussite, parfois insensée. Résultat : le héros de la dernière finale de Coupe Davis a planté pas moins de 95 banderilles dans le cuir du "taureau" de Manacor. Une statistique peut-être unique face à Nadal roi des défenseurs. Evidemment, ce tennis risque-tout a un coût élevé : 76 fautes directes. En face, Nadal a fait parler sa rigueur habituelle : 25 fautes seulement pour le double de coups gagnants (52). Le genre de ratio qui finit par payer. À un moment ou à un autre. L'essentiel du côté épique de cette demi-finale titanesque est venu du fait que Verdasco a retardé ce moment au maximum. Et même un peu plus.
Mais si Nadal est le plus fort de l'armada espagnole (51 duels ibériques gagnés par le Majorquin pour 9 revers dont 4 seulement depuis 2005), c'est entre autre pour cette capacité rare à pousser encore plus dans les moments important. Dans le cinquième set, au plus fort de la fatigue, le N.1 mondial a su s'arracher pour se procurer huit balles de break contre aucune à un Verdasco roulant sur la jante dans la dernière ligne droite. Mais, et c'est peut-être sa limite du jour, "Rafa" n'en n'aura converti qu'une (et seulement 4 sur 20 dans le match) sur une ultime double faute de son malheureux compatriote. Stat incroyable, bien dans la lignée de ce bras de fer homérique, le décompte des points en indique 193 pour Nadal contre... 192 à Verdasco ! Le dernier ayant été attribué sur une double faute... Un petit point de différence comme un point final.
Open d'Australie
Federer attend Nadal
29/01/2009 À 14:45
Open d'Australie
Molik invitée
24/12/2009 À 14:52