AFP

Il fait trop chaud pour travailler

Il fait trop chaud pour travailler
Par Eurosport

Le 28/01/2009 à 13:15Mis à jour

Le thermomètre explose à Melbourne mais le tournoi continue. Les Russes brillent au soleil dans le tableau dames, Novak Djokovic fond sous les projecteurs et Serena Williams voit des mirages sur le Rod Laver Arena. Et les organisateurs trouvent cela norma

Eurosport Player: Regardez jusqu'à 16 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

LE POLAROÏD DE MELBOURNE - Mercredi 28 janvier 2009

LES DEMI-FINALISTES QUI VENAIENT DU FROID

Et le soleil s'est couché sur la façade australienne de l'empire russe. Disons qu'un toit rétractable a légèrement modifié le cours de la rencontre entre Serena Williams et Svetlana Kuznetsova, qui, malgré un break d'avance (7-5, 5-3) n'a pas réussi à devenir la quatrième représentante russe à se qualifier pour les demi-finales de l'Open d'Australie. On n'a pas encore besoin d'un Tosltoï passionné de tennis pour raconter le roman du tennis russe, on peut simplement souligner que ses représentantes écrivent des grandes lignes de l'histoire du tennis féminin actuel.

IL FAIT TROP CHAUD POUR ECRIRE L'HISTOIRE

SERENA N'ETAIT PAS SEULE CONTRE KUZNETSOVA

Avec la canicule, un mirage est vite arrivé. Ecoutez Serena Williams : "Quelle chaleur! C'était une expérience "extra-corporelle". J'avais l'impression de regarder jouer quelqu'un dans une robe bleue et ce n'était pas moi, c'était très bizarre. Je pense que la fermeture du toit m'a aidée. Qui sait ce qui serait arrivé sinon? Mais j'aime jouer sous la chaleur. Je me sens très bien, pas fatiguée du tout."

LES CONDITIONS : La décision de fermer le toit a été prise après que la cote d'alerte eut été atteinte, selon des critères prédéfinies d'humidité et de température, dont la principale est que le thermomètre affiche plus de 35 degrés sous abri. Une vague de chaleur estimée sans précédent depuis 1908 s'est abattue mardi sur Melbourne où le mercure devait frôler voire dépasser les 40 degrés à l'ombre pendant les trois prochains jours . Il faut une dizaine de minutes pour fermer le toit et enclencher la climatisation.

UNE SOLUTION ? : Selon Rod Laver, joueur légendaire australien (le dernier joueur qui a réussi le Grand Chelem en 1969), interrogé mercredi, il faut adapter son jeu à la chaleur : " Djokovic aurait dû éviter de faire des longs échanges en fond de court", a-t-il par exemple conseillé. En tant qu'observateur neutre, on peut simplement constater que le tournoi de Melbourne est le seul qui tolère une programmation "extrême". On ne joue pas sous la pluie à Wimbledon, on ne joue pas la nuit à Roland-Garros, on joue rarement aussi tard à Flushing. Pourquoi la canicule serait-elle plus tolérable que la pluie ? Serait-on moins fatigué à la nuit à Melbourne qu'à Paris ?

DJOKOVIC NE VEUT PLUS PASSER A LA TV

LES "DECLAS" DU JOUR : Jo-Wilfried Tsonga et Serena Williams

JWT était légèrement amnésique après son match face à Ivan Ljubicic, il ne se souvenait pas des balles de set sauvées au deuxième set. Après sa défaite en quart de finale devant Fernando Verdasco, il confirme : "Ce tournoi ne restera pas gravé dans ma mémoire."

Serena Williams est frustrée : "Je n'arrive pas à reproduire en match ce que je réussis à l'entraînement. J'aurais autant fait d'aller à la piscine plutôt que de me torturer à l'entraînement."

LA STAT

Gilles Simon est le seul joueur qui a réussi à marquer plus de quatre jeux dans un set face à Rafael Nadal. Le N.1 mondial est le seul à n'avoir concédé aucun set depuis le début du tournoi. Le Français a eu une balle.

LA PHOTO DU JOUR : Fernando Verdasco

Reuters

0
0