AFP

Mémorable !

Mémorable !
Par Eurosport

Le 23/01/2011 à 14:06Mis à jour Le 23/01/2011 à 15:41

L'Italienne Francesca Schiavone s'est offert une place dans l'histoire, en plus d'une quatrième place mondiale et un premier quart de finale de l'Open d'Australie, en disputant face à la Russe Svetlana Kuznetsova le plus long match féminin en tournois du Grand Chelem depuis le début de l'ère open.

Eurosport Player: Regardez jusqu'à 16 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

Où qu’elles soient aujourd’hui Vicki Nelson-Dunbar et Jean Hepner ont peut-être redouté de voir leur record effacé des tablettes par Svetlana Kuznetsova et Francesca Schiavone qui ont électrisé la Hisense Arena, le deuxième court principal de Melbourne Park. Depuis 1984, en effet, Nelson-Dunbar et Hepner sont tranquillement au chaud dans l’histoire du tennis en raison d’un match qu’elles ont disputé l’une contre l’autre au tournoi de Richmond et qui a duré… 6h31, soit le plus long match de l’histoire du tennis féminin. Un seul point de cette rencontre s’était déroulé pendant la bagatelle de 29 minutes !

Dimanche 23 janvier, le huitième de finale opposant Francesca Schiavone à Svetlana Kuznetsova s’est seulement étiré sur 4h44, soit le plus long match de l’histoire des tournois du Grand Chelem remporté par l’Italienne 6-4, 1-6, 16-14. Le précédent record datait de 2010, toujours à Melbourne. Sandra Zahlavova-Strycova et Regina Kulikova avaient bataillé pendant 4h19.

Kuznetsova : "Je ne savais plus où en était le score"

Sept mois après le désormais classique affrontement de Wimbledon entre John Isner et Nicolas Mahut "imbattable" avec ses 11h05, le tennis s’est donc offert un nouveau moment de bravoure en ajoutant cette fois à la quantité de tennis la qualité en raison des sommets très élevés du niveau de jeu atteint par les deux joueuses qui ont également montré sur le plan physique des ressources inépuisables. Lors de ce drame terminé par une belle accolade entre les deux joueuses, Svetlana Kuznetsova a bénéficié de six balles de match, dont trois consécutivement sur le service de son adversaire à 8-7 et trois autres à 9-8, quand Francesca Schiavone, assurée de devenir n°4 mondiale, a servi quatre fois pour la rencontre, concluant à sa troisième balle de match.

Après avoir beaucoup pleuré dans les vestiaires, comme le montraient ses yeux gonflés, Svetlana Kuznetsova a eu le cœur à plaisanter. "Un moment, je ne savais plus où en était le score, a-t-elle souri. Etait-ce elle qui menait ? Etait-ce moi ? J’étais perdue". En poussant un râle de soulagement en s’asseyant sur la chaise de la salle de conférence de presse, Francesca Schiavone a laissé, elle, exploser sa satisfaction et sa fierté avec humour. "Un jour, j’espère pouvoir montrer le DVD de ce match à mon fils", s’est-elle exclamée avant d’exprimer son bonheur de devenir n°4 au classement mondial, égalant Adriano Panatta dans l’histoire du tennis italien. "En regardant l’horloge et en voyant les minutes défiler, je me suis dit Brava !, a-t-elle ensuite rigolé. Mais après tout, j’ai travaillé pour ça".

C’est la particularité du tennis d’être, en quelque sorte, un sport sans fin. Cela en fait sa beauté et parfois son incongruité. Plus long match, plus long set, plus long tie-break, plus long jeu, autant de statistiques dont le tennis raffole. Des chiffres qui, dans leur sécheresse, impressionnent, mais qui n’ont de que sens s’ils ont des témoins. Personne n’a oublié le jeu décisif marathon de 34 points de Björn Borg et John McEnroe à Wimbledon en 1980 ou les interminables développements du feuilleton Isner-Mahut. Il n’est pas sûr, en revanche, qu’ils aient été nombreux, à Richmond, à savourer les 6h31 de Nelson-Dunbar-Hepner. Ce fut notre chance, aujourd’hui, d’avoir le privilège de voir cet étourdissant Schiavone-Kuznetsova. Si vous êtes passés à côté, vous avez vraiment manqué quelque chose et il est encore temps de réparer cette lacune…

L'OPEN D'AUSTRALIE EST A SUIVRE SUR EUROSPORT ET EUROSPORT PLAYER :
- Le tableau féminin en direct
- Tous les matins, l'Entretien d'Amélie
- Tous les soirs : Game, Set and Mats

0
0