AFP

Del Potro, c'est l'heure

Del Potro, c'est l'heure
Par Eurosport

Le 23/01/2012 à 18:21Mis à jour Le 23/01/2012 à 18:35

Juan Martin Del Potro n'est plus très loin du grand champion naissant qu'il était en 2009, lors de son sacre à l'US Open. Mais il lui manque encore une victoire contre un ténor dans un tournoi majeur, comme acte fondateur de sa deuxième carrière. Mardi, face à Roger Federer, l'occasion sera belle.

Eurosport Player: Regardez jusqu'à 16 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

Pour Juan Martin Del Potro, c'est le grand jour. Celui qu'il a attendu pendant des mois. Deux ans et demi après son triomphe à l'US Open, le seul titre du Grand Chelem qui ait échappé au trio Federer-Nadal-Djokovic ces sept dernières années, l'Argentin peut signer définitivement son retour parmi les grands. Après une longue absence pour blessure, puis une phase de reconstruction tout aussi fastidieuse, voici venu le temps de la reconquête pour lui en 2012. Cela passe par une victoire majuscule, dans un grand rendez-vous. 

Ces derniers mois, Del Potro a prouvé en certaines occasions qu'il était redevenu compétitif. On ne revient pas aux abords du Top 10 (il est actuellement 11e) sans l'être. Il a disputé quelques matches de très haut niveau, notamment contre Rafael Nadal, à Wimbledon ou en finale de la Coupe Davis. Mais ces matches, il les a perdus. La prochaine étape, c'est d'en sortir victorieux. "C'est un processus long et très progressif, explique-t-il. J'ai commencé à croire à nouveau en mon jeu l'année dernière, à Estoril. Mais j'ai perdu rapidement à Roland-Garros contre Djokovic. Ensuite, j'ai fait un gros match contre Rafa à Wimbledon, et ça m'a redonné confiance, notamment dans mon service. Maintenant, je me sens presque prêt à rivaliser avec ces gars-là."

"C'est lui le favori, pas moi"

Tout est évidemment dans le presque. Del Potro ne pourra faire l'économie de cet adverbe que lorsqu'il tiendra sa victoire de référence. En 2011, il a disputé sept matches face à Federer, Nadal et Djokovic. Il en a perdu six. Et encore, sa seule victoire, contre Djoko, est intervenue lorsque le Serbe a abandonné en Coupe Davis. Si l'on étend son bilan aux huit premiers de l'actuel classement ATP, son bilan 2011 est tout aussi négatif: une victoire (celle contre Djoko, donc) pour neuf défaites (1). C'est ce ratio que Del Potro doit équilibrer cette saison s'il veut reprendre sa place parmi les meilleurs. "Je prends ça plutôt positivement, expliquait-il en début de tournoi à Melbourne. Je sais que j'ai eu du mal à battre les tous meilleurs l'an dernier, mais c'est assez normal. Surtout, je sens que je suis un peu plus proche chaque fois."

Reuters

La grande force de Del Potro, c'est qu'il n'a absolument rien à perdre. La notion de plaisir est très forte chez lui. Il a la fraicheur de ceux qui ont été privés de leur moyen d'expression et l’ont finalement retrouvé. Del Potro peut à nouveau jouer sans se préoccuper de son physique. C'est déjà énorme pour lui. C'est aussi son premier quart de finale depuis sa victoire à Flushing Meadows en septembre 2009. Alors il profite, tout simplement. "Après ce que j'ai vécu, jouer Roger en quart de finale ici, c'est vraiment un grand bonheur, rappelle-t-il. J'ai envie de profiter de ça et encore une fois, c'est lui le favori, pas moi. Si je perds contre Roger, tout le monde trouvera ça normal." C'est justement quand cela lui paraîtra, à lui, anormal, qu'on saura que Del Potro est de retour pour de bon.

(1) Voici son bilan en 2011 contre les huit premiers du classement ATP:

Del Potro-Djokovic : 1-1
Del Potro-Nadal : 0-4
Del Potro-Federer : 0-1
Del Potro-Ferrer : 0-1
Del Potro-Tsonga : 0-1
Del Potro-Fish : 0-1

0
0