Eurosport

Isner d'acier

Isner d'acier
Par Eurosport

Le 18/01/2012 à 11:21Mis à jour Le 18/01/2012 à 18:34

Une nouvelle fois, John Isner a livré un combat titanesque en Grand Chelem. Une nouvelle fois, l'Américain en est sorti vainqueur, en battant David Nalbandian 10-8 au cinquième set après 4h41 de match. Pour s'en sortir, il a pu compter sur son service, bien sûr, mais aussi un mental à toute épreuve.

Eurosport Player: Regardez jusqu'à 16 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

Décidément, John Isner est le roi du suspense. Certes, son deuxième tour de l'Open d'Australie face à David Nalbandian ne marquera pas l'histoire du tennis comme son invraisemblable match face à Nicolas Mahut voilà 18 mois à Wimbledon. Mais l'Américain s'est encore retrouvé au centre d'un combat épique. Une fois encore, il en est sorti victorieux (4-6,6-3,2-6,7-6,10-8 ) après quasiment cinq heures d'une bataille au cours de laquelle il a montré qu'il avait non seulement un gros service, mais aussi de sacrés nerfs.

Cela fait une belle jambe à Nalbandian, mais ce match, le plus beau depuis le début du tournoi, ne méritait pas de perdant. L'Argentin a eu énormément d'opportunités. Il a mené une manche à rien, puis deux sets à un. Il a réussi deux fois plus de coups gagnants que de fautes directes (67 contre 33), mais ça n'a pas suffi. En face, Isner a su servir le plomb quand c'était nécessaire, avec un total de 43 aces, que ce soit dans le jeu décisif du quatrième set, où il est passé à deux points de l'élimination, ou en toute fin de rencontre. Le géant américain a surtout eu le mérite de s'accrocher dans le cinquième set. Victimes de crampes, il était encore moins mobile que d'habitude dans la dernière demi-heure de la partie. C'est au courage qu'il est allé chercher cette qualification.

Parmi les nombreux tournants du match, il y a sans aucun doute cette balle de break effacée par Isner à 8-8 dans le dernier set. D'abord annoncé faute par le juge de ligne, le service d'Isner a finalement été donné sur la ligne par l'arbitre. Nalbandian a trainé à demander le challenge et Kader Nouni a annoncé "égalité". Dès lors, Nalbandian ne pouvait plus demander l'arbitrage vidéo. Après quelques palabres et la venue du juge-arbitre, l'Argentin a dû se résoudre à reprendre le jeu. Dans la foulée, Isner a gagné sa mise en jeux avant de réussir le break décisif, laissant Nalbandian à sa frustration.

0
0