AP

Wozniacki n'en fait pas un drame

Wozniacki n'en fait pas un drame
Par Eurosport

Le 24/01/2012 à 08:07Mis à jour Le 24/01/2012 à 14:16

Caroline Wozniacki a perdu plus qu'un quart de finale en Grand Chelem. La Danoise ne sera plus N.1 mondiale à l'issue de l'Open d'Australie. Telle une fatalité, la future ex-N.1 dédramatise la situation, persuadée qu'elle reviendra au top du classement WTA un jour ou l'autre.

Eurosport Player: Regardez jusqu'à 16 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

S'était-elle préparée à cette fatalité ? A entendre Caroline Wozniacki à l'issue de son quart de finale perdu, c'est presque une évidence. A force de ne pas gagner de titre majeur, et même à ne jouer aucune finale de Grand Chelem depuis deux ans et demi, la dernière remontant à l'US Open 2009, la Danoise devait s'attendre à ce que la roue tourne. Sans une première victoire majeure à Melbourne, elle savait que son règne allait bientôt prendre fin. Sa défaite avant le dernier carré, stade de la compétition où Na Li l'avait éliminée l'an passé, a précipité un peu plus sa chute face à une Kim Clijsters toujours aussi conquérante.

Fidèle à elle-même et à un jeu peaufiné avec son nouveau coach Ricardo Sanchez, Wozniacki n'a été que trop peu agressive pour espérer battre la tenante du titre, déjà rescapée face à Na Li en sauvant quatre balles de match et en surmontant une blessure à la cheville. "Kim a démarré très fort. Elle m'a mise sous pression dès le début", a expliqué la Danoise. "J'ai commis quelques fautes directes et elle a pris de l'avance dans le premier set. Mais je me suis accrochée et j'ai continué à me battre." Avant d'ajouter une phrase très symptomatique d'une N.1 en perdition : "J'ai fait ce que j'ai pu, mais aujourd'hui ce n'était pas suffisant."

Wozniacki: "Je ne suis pas inquiète"

Eurosport

Mais cette fois-ci, la donne risque d'être différente. Car Kim Clijsters, qui dispute sa dernière saison sur le circuit professionnel, ne sera pas celle qui la destituera une fois de plus de sa place de N.1 mondiale. Cinq avant le début de l'Open d'Australie, les prétendantes sont désormais trois à pouvoir lui succéder : Petra Kvitova, N.2 mondiale et lauréate de Wimbledon et des Masters féminins l'an dernier, Victoria Azarenka, déjà qualifiée pour les demi-finales face à Kim Clijsters, et Maria Sharapova, dont la renommée n'est plus à faire. Soit trois joueuses qui montent en puissance et qui ne devraient pas faire d'impasse sur les tournois importants comme Clijsters a pu le faire l'an dernier pour se préserver un maximum.

Le tennis féminin, qui se cherche une joueuse leader depuis la retraite de Justine Henin, tient dans ces trois joueuses une future chef de rang, même si la domination du circuit tend surtout vers un duo Kvitova-Azarenka, et non vers un retour en force de Caroline Wozniacki, surtout habituée à faire la différence sur les tournois les moins importants de la saison. A la question: "pensez-vous remporter un jour un titre en Grand Chelem?", la future-ex patronne du circuit a d'ailleurs préféré répondre avec dérision. "Je ris à chaque fois que j'entends les médias parler de moi comme si j'avais fini ma carrière ou comme s'il ne me restait qu'une année à jouer et que le temps me manquait. Le fait est que j'ai encore quelques belles années devant moi et que je m'améliore toujours", a-t-elle estimé. "Je ferai vraiment de mon mieux pour en gagner un, voire plus." En retard dans sa progression par rapport à ses concurrentes, elle sait maintenant ce qui lui reste à accomplir.

SUIVEZ L'OPEN D'AUSTRALIE EN DIRECT SUR EUROSPORT PLAYER ET SUR L'ANTENNE D'EUROSPORT !

0
0