Getty Images

Fucsovics, l'étoile montante qui va défier Federer

Fucsovics, l'étoile montante qui va défier Federer

Le 21/01/2018 à 17:10Mis à jour Le 21/01/2018 à 17:39

OPEN D'AUSTRALIE – Tombeur notamment de Sam Querrey, Marton Fucsovics s'est invité en huitième de finale à Melbourne. Du jamais vu pour un Hongrois en Grand Chelem depuis les années 80. Il va maintenant défier le joueur qu'il admire le plus sur le circuit, Roger Federer. Retenez le nom de ce joueur de 25 ans qui monte en flèche depuis quelques mois.

Eurosport Player: Regardez jusqu'à 16 courts en LIVE

Voir sur Eurosport

La Hongrie n'a pas de chance. Pour la première fois depuis 34 ans, elle va goûter à un huitième de finale en Grand Chelem chez les hommes. Marton Fucsovics a succédé à son capitaine de Coupe Davis, Balazs Taroczy, qui s'était incliné à ce stade de la compétition à Roland-Garros en 1984, face à Yannick Noah. En prime, Fucsovics sera opposé à Roger Federer. L'affiche de rêve.

Mais les fans de tennis en Hongrie devront se lever (très) tôt pour le voir, puisque, pour la première fois depuis le début de cet Open d'Australie, le tenant du titre n'a pas été programmé en night session. La rencontre devrait démarrer aux alentours de cinq heures du matin.

Pour le principal intéressé, peu importe en revanche. A 25 ans, il va vivre le premier grand rendez-vous d'une carrière qui a brusquement décollé depuis quelques mois. Ancienne terreur chez les juniors, Fucsovics avait notamment remporté Wimbledon en 2010. Mais comme souvent, la transition chez les grands a été laborieuse. "J'ai attendu d'avoir 25 ans pour intégrer le Top 100, donc ça a été un long chemin pour moi", admet-il.

Vidéo - Fucsovics , une page d'histoire pour la Hongrie

03:54

La Coupe Davis l'a transfiguré

Il lui manquait surtout un déclic. Il est survenu au mois de septembre dernier, lors du match de barrages de Coupe Davis contre la Russie. Un week-end qui a tout changé. Déchainé devant son public, Fucsovics a collé trois sets à Karen Khachanov et battu en cinq manches Andrey Rublev, tout juste auréolé de son quart de finale à l'US Open. Il est ainsi devenu un vrai héros en ramenant la Hongrie dans le groupe mondial. A titre personnel, depuis, il est transfiguré. Son tennis n'a pas fondamentalement changé, mais il a pris conscience de son potentiel.

Dans la foulée, il a accumulé les bons résultats, sortant des qualifications à Stockholm puis à Bâle, où il a atteint les quarts de finale. Le Hongrois était alors passé tout près d'un énorme coup, ne s'inclinant que 7-6 au troisième set contre Marin Cilic. Une petite frustration effacée par une grande satisfaction : en quittant la Suisse, pour la première fois, il intégrait le Top 100. Pas sûr qu'il le quitte de si tôt. Après une finale en challenger à Canberra début 2018, son huitième de finale à Melbourne va lui permettre de flirter avec le Top 60.

Beaucoup le découvriront sans doute pour la première fois lundi face à Roger Federer, mais ce ne sera pas le cas du Suisse. L'an dernier, à deux reprises, l'homme aux 19 titres du Grand Chelem avait demandé à Martion Fucsovics de lui servir de sparring-partner, au printemps puis début août, à Zurich, avant le départ de RF pour la tournée américaine. "Ivan Ljubicic m'avait appelé pour savoir si j'étais disponible pour venir à Zurich, raconte le Hongrois. Je ne pouvais pas dire non. C'était un honneur pour moi et avec Marat Safin, c'est une de mes deux idoles. On avait bien bossé pendant trois jours, du mardi au jeudi." Ils avaient même disputé un match. En trois sets gagnants. Victoire de Federer 6-2, 6-4, 7-5.

Marton Fucsovics

Marton FucsovicsGetty Images

Federer : "C'est chouette de voir Marton à ce niveau"

Lundi, l'enjeu sera évidemment d'une autre nature sur la Rod Laver Arena. Un monde sépare les deux joueurs. Marton Fucsovics va devoir appréhender son premier match en deuxième semaine d'un Majeur. Roger Federer est un tout petit peu plus habitué. Ce sera son... 60e huitième de finale. "C'est chouette de voir Marton à ce niveau. Il va avoir droit aux honneurs d'un grand court et il le mérite vraiment car c'est un gros travailleur", estime le Suisse, qui ne partira donc pas tout à fait dans l'inconnu. Il sait ce qu'il va trouver en face de lui : "j'aime frapper très fort au service et en coup droit, raconte Fucsovics. J'ai un jeu plutôt agressif du fond du court et j'aime bien venir finir les points au filet quand je le peux."

Vainqueur de Sam Querrey au deuxième tour, ce grand fan de foot en général et du Barça en particulier a signé à cette occasion la plus grosse perf' de sa carrière. Evidemment, battre Federer le placerait directement dans une dimension bien supérieure. Même si l'aventure devait s'arrêter là, cet Open d'Australie l'aura conforté dans ses nouvelles convictions. Son ambition du début d'année ("atteindre le Top 50 sera presque un rêve pour moi") va probablement devoir être revue à la hausse. S'il s'incline en huitièmes de finale, il sera 62e (ou 63e si Tennys Sandgren va plus loin que lui). Il était 120e il y a quatre mois. Longtemps cantonné au sous-sol, le voilà dans l'ascenseur. Et il n'a pas envie d'en descendre.

Vidéo - Fucsovics fait sensation contre Querrey

02:54
0
0