Il a vacillé, mais le roi reste sur son trône à Melbourne. Au terme d’une finale sans fil conducteur, lors de laquelle les deux joueurs n’ont jamais réussi à pratiquer en même temps leur meilleur tennis, Novak Djokovic s’est coiffé d’une huitième couronne australienne en huit finales. Il est venu à bout dimanche de Dominic Thiem en cinq sets (6-4, 4-6, 2-6, 6-3, 6-4) et quatre heures de jeu sur la Rod Laver Arena. C’est le 17e titre en Grand Chelem du Serbe, qui revient à deux longueurs de Rafael Nadal et à trois du record de Roger Federer. Cerise sur le gâteau pour lui : il retrouvera lundi la première place mondiale.

Pour la troisième fois consécutive, une finale de Grand Chelem est donc allée au bout des cinq manches. C’est une première dans l’ère Open et c’est à peu près tout ce qu’on en retiendra. Car malheureusement pour le spectacle, elle n’a pas été à la hauteur du talent des deux protagonistes. Pour créer l’exploit, on pensait Dominic Thiem obligé d’évoluer à des altitudes exceptionnelles, on se trompait. Car le Novak Djokovic qui s’est présenté sur le court dimanche était beaucoup plus prenable que celui qui avait terrassé Rafael Nadal l’an dernier. Et pourtant, le Serbe s’en est sorti.

Masters Rome
Avec un 36e titre, Djokovic devient le maître des Masters 1000
21/09/2020 À 17:09

Deux avertissements, break concédé et embrouille avec l'arbitre : Le moment où Djokovic a craqué

Un Djokovic très nerveux

L’immense combat attendu n’a pas eu lieu. Et c’est assez paradoxal quand on jette un coup d’œil au score et à la durée de cette finale. Mais l’enjeu a pris le pas sur le jeu. Engagé dans sa course effrénée aux records, le "Djoker", qui avait pris un excellent départ, a affiché une étonnante nervosité très rapidement. De l’autre côté du filet, Dominic Thiem ne faisait pas meilleure figure. Peut-être un peu marqué par ses efforts des tours précédents, il a eu du mal à se mettre en route et a d’ailleurs cédé le premier set sur une double faute.

Mieux parti dans le deuxième acte, l’Autrichien n’a pas réussi à tenir son break d’avance, mais à 4 jeux partout, le match, plutôt bien maîtrisé jusqu’alors par Djokovic, a pris une tournure surprenante. Averti à deux reprises pour avoir pris trop de temps au service, le Serbe a perdu le fil pour concéder son engagement et la manche dans la foulée (6-4, 4-6). Furieux contre l’arbitre, qu’il a d’ailleurs touché au changement de côté, il a ensuite quitté le court. A son retour, il n’était plus que l’ombre de lui-même. Sans réellement hausser son niveau de jeu, Thiem a donc logiquement pris les devants, un double break d’avance et le contrôle de cette finale (6-4, 4-6, 2-6).

Un jeu arraché sur un coup de dés, puis Djoko s'est transformé

Thiem n'a pas pu (su ?) saisir l'occasion

Visiblement touché physiquement, le numéro 2 mondial a fait appel au kiné et au médecin. Il est ensuite à nouveau sorti de la Rod Laver Arena, vraisemblablement pour se faire soigner. A un set de son premier titre en Majeur, Thiem avait donc les cartes en main. Mais il n’a pas su enfoncer le clou. Pas assez efficace au service, friable sur sa seconde balle (45 % de réussite), l’Autrichien n’était pas à l’abri d’un coup de mou. Et à 4-3 contre lui, il s’est tendu et en a payé le prix cher. A l’affût, Djokovic a sauté sur l’occasion : soudain plus précis à la relance, il n’a plus lâché un point pour remettre les compteurs à zéro (6-4, 4-6, 2-6, 6-3, 6-4).

Lâché par son revers long de ligne, beaucoup moins en jambes que face à Rafael Nadal en quart de finale, Thiem n’a pas réussi à encaisser ce nouveau retournement de situation. Trop loin de sa ligne, l’Autrichien a subi le jeu plus à plat et les trajectoires plus tendues utilisées par son adversaire. Il a aussi sûrement fini par payer le prix de ses efforts de la quinzaine sur le plan physique (il avait passé près de six heures de plus sur le court que Djokovic). Comme lors de ses deux précédentes finales, Thiem échoue donc aux portes de la consécration, mais il s'en rapproche. S’il n’a pas joué une finale aboutie, Djokovic, lui, s’en moque sûrement : le compteur continue de tourner, et il chasse plus que jamais l’Histoire.

Masters Rome
Djokovic garde ses bonnes habitudes
20/09/2020 À 14:59
Masters Rome
Djoko passe en force
19/09/2020 À 14:44