17 novembre 2021. Engagé au Masters et défait par Andrey Rublev pour son entrée en lice, Stefanos Tsitsipas déclare forfait pour la suite du tournoi. Huit jours plus tard, il poste sur Facebook un cliché de lui sur un lit d'hôpital. Le Grec a décidé de se faire opérer de ce coude droit qui le fait souffrir depuis plusieurs semaines. Cette fin en eau de boudin n'est que la conclusion d'une dernière partie de saison compliquée. S'il assure à l'époque qu'il a hâte d'être à l'Open d'Australie, Tsitsipas a révélé, à l'issue de son quart de finale victorieux face à Sinner, que ce n'était pas vraiment dans ses plans, ni dans ceux de son chirurgien qui ne l'imaginait pas jouer à Melbourne.
Il faut se rappeler dans quel état Stefanos Tsitsipas avait terminé 2021 pour comprendre d'où il revient. Finaliste malheureux à Roland-Garros après avoir mené deux sets à rien face à Novak Djokovic, le numéro 4 mondial n'allait tout simplement pas atteindre d'autre finale. Et les choses allaient empirer après l'US Open. Défait par Carlos Alcaraz dès les huitièmes, Tsitsipas a terminé par trois défaites à Vienne, Paris et au Masters. Fatigue physique, mentale ? Coude trop embêtant ? Un peu tout ça à la fois sans doute.
Open d'Australie
Une démonstration totale et Tsitsipas file en demi-finale
26/01/2022 À 07:45
Il m'a dit qu'il ne me voyait pas jouer en Australie
Et puis il y a eu cette opération. Son médecin, qu'il nomme "Dr Frank" et que l'on peut aisément imaginer être Frank Cammisa, chirurgien orthopédiste spécialisé dans le sport de haut niveau, lui dit alors que l'Open d'Australie est un objectif sans doute trop ambitieux. "Je suis à peu près sûr que mon chirurgien me regarde, souriait-il devant Jim Courier sur le court ce mercredi. Il m'a envoyé des messages après chaque match. On ne s'attendait pas spécialement à ce que je participe à l'Open d'Australie. Ça ne faisait pas partie de notre plan. Il m'a dit qu'il ne me voyait pas jouer en Australie, je lui ai prouvé qu'il avait tort."
Interrogé en conférence de presse, Tsitsipas a précisé ce qu'il s'était passé avec son chirurgien : "Le 'Dr Frank' a parlé avec l'expérience acquise avec les autres joueurs qu'il a traités. Il a été surpris. Mon temps de récupération a été plus rapide que ce qu'il imaginait. Il m'a sans doute aussi dit ceci pour me pousser un peu plus sans que je m'en rende compte." Si c'était bel et bien le plan, il a marché à la perfection. Et ce même si l'Open d'Australie n'avait pas été parfait jusqu'ici pour le désormais triple demi-finaliste à Melbourne.

Un geste pur à l'image de sa domination : le passing de revers splendide de Tsitsipas face à Sinner

Favori du dernier carré ?

Il y a eu Ymer mais surtout Baez et puis Paire et enfin un gros combat contre Fritz en huitièmes dans lequel il a été mené un set à rien puis deux sets à un. "L'année vient de débuter. C'est trop tôt pour dire si c'était mon meilleur match ou non, nuance Tsitsipas. Ce qui est certain c'est que c'était une très belle performance du début à la fin, sans aucun doute. Et avec un plan de jeu très clair." Celui-ci a semblé consister en une agression constante d'un Jannik Sinner dépassé pour lui enlever du temps. "Pour le moment, celui-ci a été mon meilleur match dans ce tournoi. C'est un fait", admet-il.
Reste à Tsitsipas à franchir un obstacle qui sera forcément plus imposant que le jeune italien. Que ce soit Daniil Medvedev ou Félix Auger-Aliassime, l'Athénien aura un gros combat à mener. Avec sa performance en quart de finale, Tsitsipas sera lui aussi un sacré morceau. Mais n'allez pas croire qu'il arrivera en sur-confiance, ce n'est pas le genre de la maison. C'est en tout cas ce qu'il dit.
"Quand tout va bien, vous avez tendance à vous glorifier, comme si vous étiez intouchable. C'est important dans le même temps de rester les pieds sur terre et de vous rappeler que vous n'êtes qu'un humain qui vise quelque chose de grand. La perfection n'existe pas mais vous pouvez vous en approcher." A coup sûr, il faudra en effet l'effleurer du doigt pour, dans un premier temps, atteindre la finale.

Kyrgios va-t-il trop loin ? C'est le coup de griffe de l'œil de Dip

ATP Rome
Une bulle à part pour Djokovic, le plafond de verre de Tsitsipas
HIER À 22:03
ATP Rome
Un 6e triomphe romain pour Djokovic
HIER À 15:56