Novak Djokovic ignore toujours s'il pourra disputer l'Open d'Australie ou s'il va devoir reprendre l'avion pour rentrer en Europe. Mais si Roland-Garros devait se tenir aujourd'hui, le numéro un mondial ne rencontrerait pas les mêmes problèmes que ceux qu'il rencontre actuellement aux antipodes, selon Roxana Maracineanu.
"Tout joueur, tout sportif qui s'entraîne en France, qu'il soit français ou étranger s'il est domicilié sur notre territoire, pour s'entraîner, il faudra qu'il ait un pass vaccinal tout le temps pour entrer dans un équipement sportif, mais il y a des protocoles sanitaires imposés pour les grands événements par les fédérations en question, qui viennent s'ajouter, s'additionner au protocole du pays et donc c'est ce qui permettra en France à quelqu'un comme Novak Djokovic de pouvoir entrer sur le territoire", a expliqué la ministre dans un entretien accordé à France Info vendredi.
Laver Cup
La leçon de Djokovic
IL Y A UNE HEURE
En France, aujourd'hui, nous n'avons pas la même réglementation que l'Australie pour rentrer sur le territoire
A 10 jours du coup d'envoi de l'Open d'Australie le 17 janvier, Novak Djokovic a passé une deuxième nuit dans une chambre exiguë du Park Hotel de Melbourne, utilisé par le gouvernement australien pour retenir des personnes en situation irrégulière. Le nonuple vainqueur du tournoi a été placé en rétention après l'annulation de son visa d'entrée en Australie, dans la nuit de mercredi à jeudi, au motif qu'il ne remplissait pas les conditions d'entrée sur le territoire imposées dans le cadre de la lutte contre le Covid-19.
"En France, aujourd'hui, nous n'avons pas la même réglementation que l'Australie pour rentrer sur le territoire, pour les sportifs comme pour les autres citoyens des autres pays", a rappelé Roxana Maracineanu. Ainsi, le pass vaccinal s'applique aux sportifs qui évoluent en France, qu'ils soient français ou étrangers.
Pour le reste, ce sont les conditions d'entrée sur le territoire puis les protocoles des organisateurs qui s'appliquent, comme prochainement celui du Tournoi des Six Nations. Ses contours ne sont pas encore connus, de même que le protocole de Roland-Garros dans plusieurs mois. Concernant plus particulièrement Roland-Garros, "c'est au mois de mai donc on espère qu'on en aura plus besoin évidemment", a ajouté la ministre.

Des supporters de Novak Djokovic devant l'hôtel où est isolé le numéro un mondial en attendant de connaître son sort.

Crédit: Getty Images

Laver Cup
Il y a match : Fritz remet l'équipe monde à hauteur de l'Europe
IL Y A 4 HEURES
Laver Cup
Courier et les adieux de Federer : "Ça prendra du temps d'encaisser ce qu'on a vécu"
IL Y A 4 HEURES