ROLAND-GARROS 2006 - Justine Henin-Hardenne après sa victoire

Pouvez-vous comparer vos trois titres ?

Roland-Garros
Jouanno vote Auteuil
03/12/2010 À 15:46

J.H-H. : "Le premier était très émouvant. C'était ma première victoire en Grand Chelem. L'année dernière, c'était la confirmation et cette fois ci, c'est trop tôt pour en parler. En tout cas, gagner trois fois le même tournoi, c'est quelque chose de très important, surtout sur la terre battue qui est une surface tellement exigeante."

Quels ont été les moments-clé du match ?

J.H-H. : "La différence s'est faite sur quelques points importants. Il y a eu le jeu de 4-3 au premier set, où j'ai réussi à tenir mon service (pour mener 5-3). Il y a eu le début du deuxième set où elle m'a aidée en me donnant quelques points. Puis le jeu de 3-3 au deuxième set o j'ai joué le meilleur jeu du match. Ca a suffi pour que je m'envole, même si elle a peut-être été plus solide dans l'ensemble."

Etiez-vous nerveuse avant le match ?

J.H-H. : "La nervosité est présente chez tous les athlètes. Il n'y a pas un sportif qui dorme bien la veille d'une finale de Grand Chelem. C'est la gestion qui fait la différence. Dans le passé, je me suis laissée envahir par ces émotions."

Comment vous situez-vous par rapport aux autres grandes championnes de l'histoire ?

J.H-H. : "Cinq titres du Grand Chelem, ça commence à compter. Au début de ma carrière, peu de gens pensaient que je pouvais arriver à ça. Mais ce que certaines joueuses ont fait, ça n'arrivera plus dans le tennis moderne. Vingt-deux Grands Chelems (palmarès de Steffi Graf), c'est inouï, ça inspire juste le respect."

Quel rôle a joué votre entraîneur Carlos Rodriguez dans vos succès ?

J.H-H. : "Pendant cette quinzaine, encore une fois, il a su trouver les mots quand je ne jouais pas très bien. Quand j'étais plus jeune, tout le monde disait que je n'étais pas assez forte mentalement. Si quelqu'un croyait que je pouvais gagner des Grands Chelems et devenir N.1 mondiale, c'était bien lui, il me le répétait tout le temps. Il a eu un rôle très important."

Comment abordez-vous la transition avec le gazon et Wimbledon ?

J.H-H. : "C'est très dur d'enchaîner. Peu de joueuses ou de joueurs sont capables de le faire. A Wimbledon, je suis moins à l'aise qu'ici. Mais je rêve de le gagner un jour, ce serait la cerise sur le gâteau."

Roland-Garros
Entre records et regrets
12/06/2006 À 12:15
Roland-Garros
Nadal : "Une saveur particulière"
12/06/2006 À 12:10