AFP

Melzer ? Un "Must", pas un Muster

Melzer ? Un "Must", pas un Muster
Par Eurosport

Le 03/06/2010 à 19:43Mis à jour Le 04/06/2010 à 10:04

A 29 ans, Jürgen Melzer commençait à être connu en Autriche d'abord pour ses exploits loin des courts jusqu'à ce qu'il brille cette année à Roland-Garros, où il défiera Rafael Nadal en demi-finale.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

A Roland-Garros, Jürgen Melzer ne fait pas l'Autriche. Malgré son parcours sensationnel cette année et une première demi-finale dans un tournoi du Grand Chelem, la référence du pays reste Thomas Muster, vainqueur à Paris en 1995 et qui compte parmi les meilleurs joueurs sur terre battue de tous les temps. Jürgen n'est pas une légende vivante dans son pays, mais il ne cache plus son formidable talent. A 29 ans, Melzer joue son meilleur tennis. Cela lui permet de défier Rafael Nadal, pour une demi-finale où il n'aura strictement rien à perdre. Un "Must" dans sa carrière, et un "must" du tournoi ?

Si le jeu Jürgen Melzer avait la moindre ressemblance avec celui de Thomas Muster, les observateurs le regarderaient d'un autre oeil. Nadal-Muster, c'est un fantasme terrifiant pour qui se souvient du jeu brutal de l'Autrichien. Il faut pourtant se rendre à l'évidence, c'est un anti-Muster qui sera sur le court central vendredi. "Je suis autrichien et gaucher comme lui, mais entre nos jeux, c'est le jour et la nuit. Je n'ai d'ailleurs jamais essayé de l'imiter..." Et ça se voit. Jürgen possède un des bras gauches les plus subtils du circuit. Rien à voir avec les coups de hache de Muster. Mais ça ne se voyait pas assez sur le circuit.

Depuis Nyström, Melzer exprime tout son talent

Melzer, qui vient enfin de s'installer durablement dans le Top 30, était plus connu pour sa présence involontaire dans les pages people pour ses fréquentations (Nicole Vaidisova, Anastasia Myskina, Dominika Cilbukova. Depuis deux ans, le ton est différent. Il y a eu ce huitième de finale de très haut niveau, en cinq sets, contre Gaël Monfils (futur demi-finaliste) à Roland-Garros (2008) qui donnait un aperçu de son potentiel mal exploité. Il y a surtout eu ce changement d'entraîneur : "De façon générale, pour moi ce qui est important c'est d'avoir changé d’entraîneur fin 2007. En fait, j’ai changé 2 fois. C'est le changement principal qui m'a le plus aidé. Puis ensuite, je me suis amélioré à partir de là, l’amélioration est énorme."

Melzer travaille maintenant avec le Suédois Joakim Nyström, et son jeu instinctif, fluide et incisif, a pris une autre dimension. Muster était le prototype du gaucher qui correspond aujourd'hui à Rafael Nadal : puissant et impossible à déborder latéralement. Melzer, malgré son revers à une main, rappelle plutôt un improbable vainqueur de Roland-Garros: l'Equatorien Andres Gomez, qui avait battu Andre Agassi en 1990.

Jürgen joue rarement service-volée, mais il sait s'y rendre. Et il sait surtout briser d'un chop ou d'une amortie, les lifts trop prétentieux des terriens actuels. Un autre gaucher redoutable, Fernando Verdasco, a payé d'une défaite, à Madrid, pour constater la montée en puissance du protégé de Nyström. La souplesse de ses coups sera-t-elle suffisante face à Nadal ? Difficile d'être optimiste. Mais il était également difficile d'être optimiste en voyant David Ferrer dans sa partie de tableau, et encore moins à deux set à rien pour Novak Djokovic mercredi...

-

A SAVOIR : Vous découvrirez dans la vidéo ci-jointe, réalisée par Barbara Schett, consultante pour Eurosport et... Autrichienne, un Melzer intime. A 29 ans, il était le plus âgé des quart-de-finalistes. Il vit avec une nageuse croate de renommée internationale Mirna Jukic (médaille de bronze olympique sur 100 m brasse à Pékin), il lit Simon, pas Samuel, Beckett et ceux qui l'aiment bien l'appellent "Jojo".

A SAVOIR AUSSI : En deux rencontres face à Nadal, Melzer n'a inscrit que 8 jeux. Quatre la première fois, quatre la seconde, à Madrid l'an passé (6-3, 6-1).

0
0