AFP

Del Potro: "Faire un match incroyable"

Del Potro: "Faire un match incroyable"
Par Eurosport

Le 04/06/2012 à 18:16Mis à jour Le 05/06/2012 à 10:22

Solide vainqueur de Tomas Berdych en quatre sets, Juan Martin Del Potro ne voit qu'une solution pour battre Roger Federer mardi en quarts de finale: sortir une énorme partie.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Vous avez livré une sacrée bagarre avec Berdych. Racontez-nous comment vous avez vécu ce match en deux jours...

J-M.D.P. : J'ai déjà fait cette expérience l'année dernière à Roland-Garros. Je jouais beaucoup mieux que Djokovic et puis, faute de lumière, on a dû interrompre le match. Je n'en garde pas un bon souvenir, mais j'ai essayé de me lever de manière positive pour essayer de terminer ce match en quatre sets. J'ai redémarré le match très concentré. Je l'ai breaké, mais il s'est mis à jouer mieux. Au final, j'étais très concentré, et dans le dernier jeu, j'ai vraiment bien joué.

Vous aviez perdu face à Berdych à Madrid. Qu'est-ce qui a changé par rapport à ce match?

J-M.D.P. : Le match a été très similaire. On a fait deux jeux décisifs (8-6, 9-7). C’était un match très serré également. C’est lui qui a gagné, mais ça aurait pu être moi. Cette fois-ci, les échanges ont été beaucoup plus longs mais les conditions ont été très difficiles. Elles n'étaient pas du tout comme à Madrid. Il fallait davantage courir et il fallait rentrer plus dans la balle. Lors du troisième set, je me suis senti beaucoup aidé par le public. Ils m'ont vraiment encouragé, ce qui m'a permis d'avoir un set beaucoup plus facile. Je me suis senti en confiance et grâce à eux.

Quel est le facteur clé dans votre jeu, si vous voulez battre Federer? 

J-M.D.P. : Il faut que j'arrive à faire un match incroyable, essayer de saisir chaque occasion, tout faire à 100 %, essayer de jouer des coups gagnants avec mon coup droit, mon revers et essayer de le mettre en difficulté. Je n'aime pas courir trop. Il faut que je sois plus agressif que lui, peut-être même monter de temps à temps à la volée. Il faut surtout que j'arrive à réussir des coups gagnants incroyables.

Quel souvenir gardez-vous de votre duel face à lui il y a trois ans, en demi-finale?

J-M.D.P. : On avait joué un match fantastique ce jour-là. J'étais passé très près de la victoire. Mardi, ce sera un match différent. Il joue très bien. Il a encore envie de gagner ici. Ce sera un match difficile pour moi. J'ai une petite chance de gagner, si la moindre opportunité se présente, j'essaierai de la saisir.

Comment va votre genou? Êtes-vous à 100% physiquement ?

J-M.D.P. : Presque. Quasiment, oui.

Et ait-ce compliqué de jouer ces premiers tours avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête, à cause de cette blessure?

J-M.D.P. : Lorsque je suis arrivé à Paris, la seule chose qui m'importait était de bien jouer. Laisser le genou de côté. Au premier tour, il fallait que je donne tout. Je ne voulais surtout pas me focaliser sur mon genou. Il ne faut surtout pas que mon genou me gêne, surtout pas, et ce n'est vraiment pas le cas. Si je dois perdre demain, ce sera qu'à cause de mon jeu ou celui de Roger.

Estimez-vous que vous êtes à nouveau au contact du Big Four?

J-M.D.P. : Les quatre meilleurs joueurs sont tout de même à un niveau plus élevé par rapport à d'autres. C'est le peloton de tête. L'idée est de m'approcher de ce peloton. Je vais faire mon maximum.

0
0