AFP

Roland-Garros met le prix

Roland-Garros met le prix
Par Eurosport

Le 13/04/2012 à 12:15Mis à jour Le 09/05/2012 à 12:19

Les organisateurs de Roland-Garros semblent avoir entendu les revendications des joueurs du Top 100 en revoyant les dotations à la hausse pour l'édition 2012 : avec une hausse généralisée de 7%, l'augmentation du "prize money" a vu une nette amélioration notamment sur les premiers tours.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

+20% pour le premier tour, +12% pour les deuxième et troisième, contre "seulement" 4,17 pour les demi-finales et finale. Voici en somme l'effort qu'ont consenti les organisateurs de Roland-Garros pour améliorer les dotations que toucheraient les joueurs par tour cette année. Avec 18 000 euros pour une défaite d'entrée de tournoi, le modeste joueur de l'ATP pourra voir une élimination précoce d'un autre oeil. Cette somme relativement importante, qui s'élevait déjà à 15 000 euros l'an passé, est toujours loin devant la dotation d'un vainqueur d'étape du Tour de France par exemple (8000 euros en 2011), ou encore celle d'un Français médaillé de bronze aux Jeux Olympiques (13 000 euros) à titre d'exemples.

Ce changement intervient sur fond de crise des joueurs du Top 100 qui sont de plus en plus nombreux à dénoncer un système très inégalitaire des répartitions des profits sur le circuit ATP, notamment sur les tournois du Grand Chelem. A tel point qu'un boycott aurait pu venir frapper Roland-Garros... encore aurait-il fallu que le conseil des joueurs de l'ATP, présidé par Roger Federer, y consente, ce qui ne semble pas être le cas. Alors que certains joueurs comme Mikhail Youzhy montent au créneau pour tenter de bousculer l'ordre établi, d'autres, comme Serguei Stakhovsky, n'hésitent plus à dénoncer ainsi le laxisme du Suisse, jugé "trop neutre, trop suisse" : "Quand les joueurs veulent changer quelques chose, il regarde ça de manière passive parce qu'il ne veut pas abîmer son image. Il ne veut pas parler publiquement des problèmes. Parce que si éclate un scandale de grève en Grand Chelem, son nom pourrait être attaché à ça."

Federer trop consuel ?

AFP

Cette hausse des dotations, en plus d'un réaménagement du calendrier en cours de refonte, suffiront-ils pour apaiser des joueurs plus habitués à ramer qu'à briller sur le circuit ? C'est en tout cas Roger Federer, le "milllionnaire syndicaliste" (en place jusqu'en juin 2012) en personne qui l'a annoncé : si l'effort n'est pas poursuivi en 2013, le mot "boycott", jusqu'ici plus à l'état de fantasme que de réalité palpable, pourrait faire sa réapparition. Et si les trois autres tournois majeurs de la saison ne suivent pas le même chemin, la grogne pourrait bien repartir de plus belle, dès la prochaine réunion des joueurs à Madrid début mai. Wimbledon et ses 14 000 euros de dotation au premier tour n'ont qu'à bien se tenir.

. ROLAND-GARROS - DOTATIONS 2012 (en euros, par joueur et joueuse, pour les simples)

1er tour : 18 000 (+20%)
2e tour : 28 000 (+12%)
3e tour : 47 000 (+11,9%)
huitième de finale : 80 000 (+6,67%)
Quart-de-finaliste : 155 000 (+3,33%)
Demi-finaliste : 310 000 (+3,33%)
Finaliste : 625 000 (+4,17%)
Vainqueur : 1 250 000 (+4,17%)

1er tour qualifs : 2500 (0)
2e tour qualifs : 4500 (+12,5%)
3e tour qualifs : 9000 (+12,5%)

Dotation globale pour 2012 : 18 718 000 (+7%)

0
0