AFP

Le Français Geoffrey Blancaneaux sacré en juniors, une première depuis Monfils en 2004

Blancaneaux roi des juniors, une première depuis Monfils en 2004

Le 05/06/2016 à 15:14Mis à jour Le 06/06/2016 à 09:22

ROLAND GARROS - Geoffrey Blancaneaux a remporté le tournoi parisien ce dimanche en dominant le Canadien Felix Auger Aliassime en trois sets (1-6, 6-3, 8-6). Et en sauvant notamment trois balles de match ! Le Français s'inscrit dans les pas de Gaël Monfils, dernier Tricolore sacré en juniors lors de l'édition 2004.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

C'est décidément une belle journée pour le tennis français. Après le sacre en double dames de Caroline Garcia et Kristina Mladenovic, Geoffrey Blancaneaux a de son côté été titré chez les juniors. Il a battu en finale le Canadien Felix Auger Aliassime, 1-6, 6-3, 8-6, sur un court numéro 1 bien rempli, où l'on trouvait du beau monde en tribunes, à commencer par le capitaine de l'équipe de France de Coupe Davis, Yannick Noah.

C'est le premier titre tricolore chez les juniors à Roland-Garros depuis Gaël Monfils en 2004, et le premier, tous tournois du Grand Chelem confondus, depuis Alexandre Sidorenko à Melbourne il y a 10 ans. Monfils, Sidorenko, deux trajectoires bien différentes chez les pros, preuve qu'un sacre chez les juniors ne garantit rien. D'ailleurs, après une période faste au carrefour des années 90 et 2000, qui a vu bon nombre de vainqueurs à Paris en juniors effectuer une carrière remarquable derrière (Gonzalez en 1998, Coria en 1999, Mathieu en 2000, Gasquet en 2002, Wawrinka en 2003, Monfils en 2004, Cilic en 2005), beaucoup des lauréats suivants n'ont pu confirmer, à l'image de Uladzimir Ignatik (2007) ou Agustín Velotti (2010).

Un mental de fer

Pour aller chercher cette finale, Geoffrey Blancaneaux a en tout cas fait preuve d'un véritable acharnement, comme tout au long du tournoi. Après un huitième de finale au couteau contre un autre jeune espoir français, Corentin Moutet (victoire 7-5 au dernier set), le Parisien a ensuite dominé trois Canadiens, dont Denis Shapovalov en demies, après avoir été mené 7-6, 4-2, puis compté à nouveau un break de retard dans la manche finale. Contre Felix Auger Aliassime, dimanche, il a encore affiché un mental de fer pour ne pas sombrer après avoir été giflé 6-1 dans le premier set.

Pluis jeune de deux ans (il aura 16 ans le 8 août, alors que Blancaneaux en aura 18... également le 8 août, date de naissance d'un certain Roger Federer), Auger Aliassime déploie pourtant une puissance impressionnante à l'échange. Le Français a souvent été sous l'emprise du Québécois, mais il n'a jamais rien lâché, même quand, privé de première balle, il lui a fallu sauver trois balles de match dans le 12e jeu du dernier set. Dans la foulée, il allait réussir le break décisif puis conclure sur sa mise en jeu pour le plus grand plaisir du public du court 1.

0
0