AFP

Wawrinka n'a jamais vu Murray "aussi fort", mais il mise quand même sur Djokovic

Wawrinka n'a jamais vu Murray "aussi fort", mais il mise quand même sur Djokovic

Le 03/06/2016 à 21:06Mis à jour Le 03/06/2016 à 21:43

ROLAND-GARROS - Battu en quatre sets par Andy Murray, Stan Wawrinka ne réussira pas le doublé à Paris. Le Suisse a été impressionné par le niveau de jeu de l'Ecossais. Malgré tout, il penche pour une victoire de Novak Djokovic dimanche, en finale.

Eurosport Player: Suivez la compétition en live vidéo

Voir sur Eurosport

Etiez-vous dans un jour sans ou Murray a-t-il été exceptionnel ?

S.W. : Andy a très bien joué, a été le plus fort sur le terrain, tout simplement. Il a toujours eu réponse à ce que j'essayais de faire. Il a été très solide dans tout ce qu'il a entrepris. Il a su être très agressif dès les premiers coups de raquette, pour me mettre sous pression. Pour moi, il a juste été tout simplement plus fort que moi aujourd'hui.

On a eu parfois le sentiment vous bougiez moins bien que d'habitude...

S.W. : J'ai eu trop d'hésitations et forcément, face à un tel joueur, ces hésitations dans mon jeu se voient plus que par rapport à d'autres joueurs. Du coup, je commence à être hésitant dans mon déplacement, dans les choix que je veux faire. Alors on a l'impression qu'après je bouge un peu moins bien. Mais, dans l'ensemble, même si j'ai 2 ou 3 choses à me reprocher, que j'aurais voulu faire différemment, il ne m'a pas donné grand-chose.

Ces deux-trois petites choses, c'était quoi, notamment ?

S.W. : Ce sont vraiment des détails dans le jeu. C'est être un peu plus dur. Je n'ai pas forcément envie envie d'aller plus loin. Mais oui, il y a 2 ou 3 petites choses sur lesquelles je n'ai pas été au niveau que je souhaitais.

Vidéo - 060316 Hlts Wawrinka vs Murray

02:03

Vous attendiez-vous à le voir aussi fort sur terre ?

S.W. : Il est numéro 2 mondial quand même... Il a gagné Rome, il a fait finale à Madrid. C'est clair que c'est une surface qui me convient très bien mais à lui aussi. Qu'on joue sur une terre lente ou rapide, peu importe. C'était à celui qui allait le mieux s'adapter. Aujourd'hui, il a mieux servi que moi. Il a fermé la porté à chaque fois que j'ai eu une opportunité, à part sur le break du troisième set.

Au fond, il n'y avait pas grand chose à faire contre lui sur ce match...

S.W. : Forcément, je suis déçu. Forcément, je peux mieux jouer, j'aurais pu essayer d'inverser les choses, mais je n'ai pas trouvé les solutions. Je n'ai pas su élever mon niveau de jeu pour contrer ce qu'il a fait aujourd'hui. C'est aussi simple que ça.

L'aviez-vous déjà vu aussi solide ?

S.W. : Je n'ai jamais vu Andy aussi fort qu'aujourd'hui. Ça, c'est clair. Il a été fort partout. Où je l'ai trouvé encore plus fort que d'habitude, c’est sous pression, il a pris les devants plus que d'habitude. Les autres fois où je l'ai joué, quand il essayait d'être agressif, c'était forcé. Là, c'était clair, c'était simple. Il servait bien, il prenait son coup droit direct. Il me mettait tout de suite sur la défensive.

Quand on arrive à Roland-Garros en tant que tenant du titre, c'est une responsabilité supplémentaire. Est-ce que ça n'a pas été un poids?

S.W. : Moi, je pense que cela m'a plutôt aidé dans l'ensemble, au contraire. Le fait d'avoir gagné m'a apporté plus de confiance en moi, en me disant que j'étais capable d'aller loin dans ce tournoi. Je suis allé au bout de ce que je pouvais faire. L'envie était là d'aller le plus loin possible.

Vous venez de jouer Andy, vous connaissez Novak par cœur. Vous êtes bien placé pour donner votre sentiment sur la finale. Comment la voyez-vous?

S.W. : Je vois toujours Novak. Même si les derniers matchs ont été serrés, j'ai l'impression que Novak, quand il est au top un peu partout, est plus fort que tout le monde. À mon avis, il devrait gagner ce match. Ce n'est que mon avis. Andy l'a battu à Rome, il a perdu un match très serré à Madrid. Il commence à trouver des solutions, mais je crois quand même que Novak est exactement où là où il voulait en être.

0
0