Getty Images

Tsitsipas, effondré : "Ça faisait longtemps que je n’avais pas pleuré après un match"

Tsitsipas, effondré : "Ça faisait longtemps que je n’avais pas pleuré après un match"

Le 02/06/2019 à 20:59Mis à jour Le 03/06/2019 à 00:27

ROLAND-GARROS – Stefanos Tsitsipas a subi une défaite cruelle en huitième de finale de Roland-Garros, dimanche. Vaincu par Stan Wawrinka au terme d’un match exceptionnel (7-6, 5-7, 6-4, 3-6, 8-6), le Grec n’avait pas les mots pour qualifier sa déception. Immense. Inconnue, même.

Il avait envie d'être partout. Sauf ici. Et surtout pas dans ces conditions-là. Dimanche quand il a pénétré en salle de presse après un combat immense qui avait duré plus de cinq heures au coeur d'un Lenglen surchauffé - à tous les sens du terme -, Stefanos Tsitsipas était toujours vêtu de sa tenue de gladiateur. Mais le Grec avait rendu les armes et n’avait plus rien dans le moteur, ce que sa démarche quelque peu claudicante a trahi dès son apparition.

Ce que le jeune numéro 6 mondial a ressenti dimanche ne ressemble à rien d'autre de ce qu'il avait connu raquette en main depuis le début de sa carrière. Défait par Stan Wawrinka au terme d'un match qu'il aurait pu - dû ? - gagner si l'on se réfère simplement aux nombreuses occasions qui ont été les siennes durant l'ultime manche, Tsitsipas a fait de son mieux pour faire bonne figure. Mais il n'y est pas parvenu. C'était trop dur. Le cœur n’y était plus.

Vidéo - Wawrinka - Tsisipas : Les meilleurs moments d'un chef-d'oeuvre

03:00

Sa première réponse, regard fuyant et main gauche posée sur sa joue, a donné le ton. Oui, la balle de match était bonne. Oui, il aimerait voir le hawk-eye débarquer sur terre battue. C'est en tout cas ce que l'on a cru entendre alors que le Grec était éloigné au possible du micro. Comment se sentait-il ? Pouvait-il expliquer ce qu'il ressentait moins d'une heure après la fin de son huitième de finale ? "Non, désolé", a-t-il lancé, moue attristée. Il a quand même réussi à préciser quand un confrère lui a reposé la même question en des termes voisins : "Je suis épuisé. Je n'ai jamais ressenti ça de ma vie. Je suis très déçu."

" Vous ne voudriez pas être à ma place"

"Ça faisait longtemps que je n'avais pas pleuré après un match, c'était donc très difficile à gérer, a-t-il enchaîné après quelques secondes de flottement et d'une voix toujours aussi voilée. Je vais essayer d'apprendre de cette défaite autant que je le peux. J'étais près, si près… J'ai obtenu tant de balles de break. Tellement. Mais je ne les ai pas jouées, j'attendais que quelqu'un les joue pour moi, je n'ai pas joué", a-t-il martelé.

Apprendre de cette défaite, comment et surtout quoi ? "Je n'en ai pas la moindre idée, a-t-il répondu, toujours aussi malheureux. Mon esprit est complètement vide maintenant. Je ne peux même pas penser". Avant d'ajouter, en guise d'une conclusion qu'il était pressé de donner : "Vous ne voudriez pas être à ma place. C'est la pire chose possible en tennis. Le pire sentiment imaginable." Et il s'en est allé, coeur lourd, regard bas.

Stefanos Tsitsipas
Pariez sur le Tennis avec Winamax
1
N
2
Jouer comporte des risques : endettement, isolement, dépendance. Pour être aidé, appelez le 0974751313
0
0