Novak Djokovic est bien le maître incontesté à Paris-Bercy. Le Serbe y a remporté un cinquième titre dimanche en maîtrisant totalement son sujet contre le jeune Denis Shapovalov, balayé en deux sets (6-3, 6-4) et un peu plus d’une heure de jeu (1h05 précisément). Novice en finale de Masters 1000, le Canadien n’a jamais réussi à vraiment se libérer contre un adversaire impressionnant au service. Malgré ce 77e titre en carrière, le 34e dans cette catégorie de tournoi et le 5e de sa saison, le Serbe perdra lundi sa place de numéro 1 mondial au profit de Rafael Nadal, mais pourrait bien la retrouver après le Masters de Londres.

Masters Rome
Avec un 36e titre, Djokovic devient le maître des Masters 1000
21/09/2020 À 17:09

Avant même d’avoir officiellement perdu le trône, il a enclenché avec succès la première phase de son opération reconquête. Novak Djokovic connaît désormais très bien "l’Arbre de Fanti", le trophée de Bercy, mais cela ne l’a pas empêché d’être ravi de le recevoir des mains de Marat Safin, lui-même triple vainqueur dans la salle parisienne. Et le sourire du Serbe était d’autant plus éclatant que la semaine pouvait difficilement mieux se terminer, surtout après avoir connu des débuts pour le moins hésitants et fébriles face à Corentin Moutet mercredi pour son entrée en lice.

Shapovalov pris par l'événement

Alors malade, le "Djoker" aurait rapidement pu rire jaune et abandonner son objectif de finir la saison numéro 1 mondial pour la sixième saison de sa carrière comme un certain Pete Sampras (Roger Federer l’a fait à cinq reprises, Rafael Nadal quatre fois). Si l’objectif est encore loin d’être atteint, il est désormais parfaitement réalisable. Alors qu’il accusait cette semaine 1280 points de débours à la Race, il aura comblé lundi la moitié de son retard sur Nadal dont la participation au Masters de Londres n’est pas assurée en raison d'une blessure aux abdominaux. Djokovic s’est donc totalement relancé, et avec la manière dimanche.

Sur ses premiers coups de raquette, il a donné le ton d’une finale à sens unique : un ace pour commencer, deux autres services gagnants et un jeu blanc éclair pour lancer les hostilités. Vainqueur du toss, Denis Shapovalov voulait certainement se donner le temps de rentrer dans sa première finale de Masters 1000 en choisissant de recevoir, il ne l’a pas eu. Tendu, le Canadien a accumulé les grossières erreurs en coup droit et à la volée pour céder d’entrer son engagement (3-0). Un départ cauchemardesque dont il ne s’est jamais vraiment remis.

Djokovic sensationnel au service

Car Djokovic ne lui a laissé aucun espace. D’une précision phénoménale, il a servi 83 % de premières balles dans la manche inaugurale, ne laissant en route que quatre points sur ses mises en jeu totalement verrouillées. En moins d’une demi-heure, il virait déjà en tête (6-3). Shapovalov n’a pas baissé la tête pour autant, il a, lui aussi, passé un haut pourcentage de premières balles (68 %) et a frappé 11 aces en tout, ce qui lui a permis de résister en début de second acte. Mais à la relance, il n’a jamais trouvé la solution et la bonne distance, impuissant.

Si le Serbe n’a frappé que deux aces, il a quasiment systématiquement remporté ses deux premiers points de service sur des services gagnants. Très solide par ailleurs, il a surgi à 3-3 dans le deuxième set pour faire la différence décisive, mais n’a même pas eu à s’employer : le Canadien a aligné quatre fautes directes en coup droit qui ont scellé son sort. Comme un symbole, sur sa seule occasion de break, pour refaire son retard dans le jeu suivant, Shapovalov n’a pas réussi à remettre la balle dans le court. Non, décidément, l’événement était trop grand pour lui, et Djokovic bien trop fort. Celui-ci débarquera à Londres avec une confiance et une énergie au beau fixe, la concurrence peut frémir.

Cette fois, Djokovic a donné la leçon à un jeune loup : le résumé de la finale

Masters Rome
Quel match ! Schwartzman sort Shapovalov au bout du suspense
20/09/2020 À 20:37
Masters Rome
Djokovic garde ses bonnes habitudes
20/09/2020 À 14:59