AFP

Federer au rendez-vous

Federer au rendez-vous
Par Eurosport

Le 07/09/2008 à 08:45Mis à jour

Roger Federer, vainqueur de Novak Djokovic (6-3, 5-7, 7-5, 6-2) en demi-finale de l'US Open, disputera lundi sa 17e finale de Grand Chelem, la cinquième consécutive à Flushing Meadows. Le Suisse, N.2 mondial et quadruple vainqueur du tournoi, attendra lun

Eurosport Player:

Voir sur Eurosport

US OPEN - DEMI-FINALE

Dix-septième finale en tournoi du Grand Chelem, cinquième consécutive à l'US Open... Malgré une baisse de régime évidente cette année, l'ancien roi incontesté de la discipline continue de collectionner les records comme des perles. Alors que certains, comme le Suédois Mats Wilander, doutent de sa capacité à revenir sur le toit de l'ATP, Roger Federer a fait la preuve qu'il ne fallait pas encore l'enterrer. Après trois premiers quarts de saison relativement décevants, sans le moindre titre en Grand Chelem et en Masters Series pour la première fois depuis 2007, le Suisse démontre qu'il a bel et bien encore les armes pour résister à la nouvelle vague, menée notamment par Novak Djokovic.

Démonstration en première manche

Entré dans la famille très fermée des vainqueurs d'un tournoi du Grand Chelem lors du dernier Open d'Australie, Novak Djokovic n'a quasiment plus rien à envier à Rafael Nadal et Roger Federer. Il n'a pourtant jamais réussi à être à la hauteur de l'événement. Coupable d'un trop grand nombre de fautes directes, le numéro trois mondial s'est inlassablement empalé sur un Roger Federer des grands jours, auteur notamment d'une premier manche dantesque : 83% de premières balles, seulement 4 points cédés sur son engagement, 12 coups gagnants pour seulement 3 fautes directes. Le Suisse a évolué sur une autre planète.

Porté par une première balle tonitruante (20 aces, 76% de points remportés derrière son premier service), Roger Federer a donné le sentiment par moment d'avoir retrouvé le niveau qui lui a permis de tout écraser sur son passage lors des quatre dernières saisons. "Il n'y a pas de doute, j'ai très bien servi. Mon service m'a plusieurs fois tiré d'affaire", a-t-il reconnu à l'issue du match. Malgré une légère baisse de régime au cours de la deuxième manche, une volée parfois défaillante, le Suisse a rendu une copie très propre : moins de fautes directes (28 contre 47), plus de coups gagnants (51 contre 43). Supérieur dans tous les compartiments, il arrache sa qualification avec la manière et n'a désormais besoin plus que d'une victoire pour démontrer à tous qu'il n'a pas fait une croix définitive sur la première place mondiale.

LA DECLA :

Roger Federer (A propos de son adversaire en finale ) : "Après tout ces grands matches l'un contre l'autre, après Roland-Garros, après Wimbledon, ce serait bien de rejouer contre Nadal en finale. Bien sûr, ça ne me dérangerait pas de jouer contre Andy, il a un énorme talent. Mais je dis simplement que ça aurait plus de sens de jouer contre Rafa."

0
0