AP

Murray dompte Del Potro

Murray dompte Del Potro
Par Eurosport

Le 04/09/2008 à 09:30Mis à jour

Pour la 1re fois de sa carrière, Andy Murray se hisse en demi-finale d'un tournoi du Grand Chelem. L'Ecossais, vainqueur de l'US Open juniors en 2004, est venu à bout en quatre set de l'Argentin Juan Martin Del Potro, qui restait pourtant sur 23 succès c

Eurosport Player:

Voir sur Eurosport

US OPEN - QUART DE FINALE

Andy Murray a bel et bien passé un cap cette saison. Depuis son quart de finale à Wimbledon, le bouillant Ecossais démontre au fil des semaines qu'il a les moyens de se mêler très vite au trio magique composé de Novak Djokovic, Roger Federer et Rafael Nadal. Sa première qualification en demi-finale d'un tournoi du Grand Chelem le prouve encore d'avantage, d'autant plus qu'il a réussi à venir à bout de l'"invincible" Juan Martin Del Potro, en faisant étalage de ses formidables qualités défensives.

Del Potro sans solution

Avec 23 victoires consécutives, 4 titres à la clef décrochés à Kitzbuhel, Stuttgart, Los Angeles et Washington, l'Argentin est la véritable terreur de cet été tennistique, mais à l'image de Jo-Wilfried Tsonga et Gaël Monfils aux tours précédents, il n'a pu, face à un joueur de la trempe de Murray, cacher ses quelques dernières lacunes tactiques et son manque de maturité. Doté d'une force de frappe impressionnante en fond de court, le Sud-Américain, n'est jamais parvenu à se sortir du piège tendu par le Britannique, s'empalant irrémédiablement sur la défense madi in Scotland. Revers slicés, coupés, balles sans consistance, changements de rythme,... Del Potro n'a jamais vraiment réussi à mettre en jeu en place (56 fautes directes) et s'est montré incapable de modifier son plan de jeu, de se hisser plus régulièrement au filet pour raccourcir les échanges face au marathonien qu'est Murray.

Un joueur à part

Considéré par certains comme le Fabrice Santoro des temps modernes, la tête de série numéro 6 a fait une démonstration de l'étendue de sa gamme de coups. Défenseur hors-pair, Andy Murray a l'incroyable capacité à faire tourner en bourrique ses adversaires en réalisant des coups tout en toucher improbables dans un monde où la puissance est reine. Amorties, lobs, changements d'effets... Toute la panoplie y est passée. L'Ecossais a également su faire preuve d'une maturité étonnante dans le money-time. Plus agressif sur les points importants (36 montées au filet victorieuses sur 48), il est allé chercher la victoire, faisant la preuve que désormais, il faudra compter sur lui. Le trio magique pourrait bien vite se transformer en quatuor.

LES DECLARATIONS

Andy Murray (GBR/N.6): "A la fin, il y avait un sentiment de respect entre nous par rapport à la qualité de notre match, aucun d'entre nous n'a 'pinaillé' sur des décisions. Et il s'est excusé pour ce qu'il s'était passé à Rome (l'Argentin aurait insulté la mère de Murray durant leur match, ndlr). Je savais que ça serait difficile, mais je suis content d'avoir su repousser ses assauts. (A propos de Del Potro) Faire ça à son âge (19 ans), c'est vraiment impressionnant. Juan Martin a eu ses chances de revenir dans le match mais il n'a pas su les saisir et, à la fin, il était un peu juste physiquement je pense. Moi j'étais un peu mieux. (A propos de son jeu) Je dois mieux retourner, c'est ce que je dois améliorer dans mon jeu."

Juan Martin Del Potro (ARG/N.17): "C'était un bon match, j'ai fait avec ce que j'avais. Andy est un super joueur. A la fin, au filet, on s'est mutuellement félicités parce qu'on a produit un bon show pour le public. Je me suis beaucoup amélioré ces derniers mois mais là, je suis tombé contre un des meilleurs joueurs du monde, qui avait gagné le tournoi de Cincinnati sur dur cet été (contre le Serbe Novak Djokovic en finale, ndlr). J'ai fait de mon mieux, j'étais fatigué dans le quatrième set et lui était plus fort, il a beaucoup couru et moi je n'ai pas aussi bien servi que je voulais."

0
0