AFP

Pouille : "Bosser encore plus dur pour être plus fort physiquement"

Pouille : "Bosser encore plus dur pour être plus fort physiquement"

Le 07/09/2016 à 01:34Mis à jour Le 07/09/2016 à 01:37

US OPEN – Sa victoire contre Rafael Nadal a été un moment fort de la quinzaine, mais Lucas Pouille y a aussi laissé ses dernières forces. Ce troisième match en cinq sets a été celui de trop. Mardi, contre Gaël Monfils, le jeune Français n'avait plus de jus.

Eurosport Player:

Voir sur Eurosport

Il n'en pouvait plus. Et ça s'est très vite vu. Lucas Pouille a beaucoup donné dans cet US Open, dont il restera comme un des grands acteurs. Qualifié pour les quarts de finale, le Français a disputé et gagné trois matches en cinq sets dont le dernier, face à Rafael Nadal, figurera en bonne place dans les matches de l'année à l'heure des bilans 2016. C'était beau, c'était épique. Mais ça a fini par le laisser sur les rotules. Mardi soir, Gaël Monfils l'a gentiment ramassé à la petite cuillère en quarts de finale. "Je n'avais pas l'énergie que j'aurais aimé avoir", a-t-il avoué.

Pour tout dire, il n'a pas été surpris. Le protégé d'Emmanuel Planque s'est couché très tard après sa victoire contre Nadal. Une courte nuit, et une récupération de plus en plus complexe au fil des tours et des jours. Il craignait de ne plus avoir assez d'essence face à Monfils. De fait, la panne sèche n'a pas tardé à arriver. "Je m'y attendais: après le match contre Rafa, j'étais très, très fatigué. J'ai fait attention au moindre détail pourtant, j'ai tout fait pour récupérer, mais j'ai dû passer (avant le quart de finale) quinze heures sur les terrains quand Gaël a eu besoin seulement de huit heures pour arriver en quarts."

" Il faut encore bosser plus dur et être plus fort encore physiquement "

Il n'en fait cependant pas une excuse. S'il était compliqué de coller trois petits sets à Nadal, il aurait pu être plus économe en début de tournoi. Si Lucas Pouille a appris quelque chose à New York, c'est que les grands combats de la seconde semaine se gagnent aussi… lors de la première. "J'aurais pu faire mieux dans les premiers matches, je n'aurais pas dû passer autant de temps par exemple contre Kukushkin, estime-t-il. Ces petits détails font la différence quand tu arrives en deuxième semaine." Il l'a bien compris mardi sur le Arthur-Ashe…

Maintenant, il compte bien s'appuyer sur cette expérience pour passer un nouveau cap. Réputé gros bosseur, Pouille est déjà prêt à retourner au turbin. En axant sur ce qui a manqué mardi. "Il faut encore bosser plus dur et être plus fort encore physiquement, assure-t-il. Je ne suis pas encore arrivé à maturité physique. Tout joueur en faisant trois matches de suite en cinq sets serait fatigué, mais il y a encore des choses à améliorer." Les fondations de la maison Pouille sont là, désormais bien solides. Maintenant, restent à parfaire les finitions…

Vidéo - Impérial au service, monstrueux en défense, Monfils a éteint Pouille : les temps forts du match

02:34
0
0