Getty Images

Demi-finale : Première finale majeure pour Kevin Anderson tombeur de Pablo Carreno Busta

La surprise du bas de tableau, c'est donc Anderson

Le 09/09/2017 à 01:05Mis à jour Le 09/09/2017 à 04:26

US OPEN 2017 - Kevin Anderson se rapproche du Graal. Vendredi, le Sud-Africain a décroché son billet pour sa première finale majeure à Flushing Meadows. Le 32e mondial a écarté Pablo Carreno Busta en 4 manches pour parvenir à ses fins. Dimanche, il aura le n°1 mondial Rafael Nadal comme dernier rempart avant un sacre qui serait l'une des plus grosses surprises de l'ère Open.

Eurosport Player:

Voir sur Eurosport

Voilà un résultat qui fera pâlir de jalousie tous ceux qui n'y ont pas encore mis les pieds. Dimanche soir à Flushing Meadows, Kevin Anderson jouera sa première finale de Grand Chelem sur le plus grand court du monde. En demi-finale, le Sud-Africain a déjoué tous les pronostics d'un bas de tableau dévasté en écartant l'Espagnol Pablo Carreno Busta en quatre sets (4-6, 7-5, 6-3, 6-4) pour parvenir à ses fins.

Vidéo - Anderson, grande première : sa qualification pour la finale en vidéo

02:09

Dans deux jours, le 32e mondial devra surmonter ses émotions en défiant le numéro un mondial et double lauréat Rafael Nadal, pour tenter un coup de force en réalisant l'une des plus grosses surprises de l'ère Open : devenir le joueur le moins bien classé à remporter l'US Open.

Qu'il a été compliqué ce dernier jeu... Après quasiment 3 heures de jeu, Anderson a eu le bras qui s'est soudain tendu au moment de servir pour le match. Un comble pour un serveur aussi puissant que lui. Ses puissantes premières balles si efficaces ont eu du mal à sortir au moment de conclure. Mais il a tenu, malgré des échanges à rallonge et un Carreno Busta dur à cuire. Après un premier set parfaitement maîtrisé, l'Espagnol a cru jusqu'au bout qu'un renversement de situation était possible. C'était sans compter sur la détermination du Sud-Africain qui a su répondre avec autorité à la perte du premier set.

" Je suis au septième ciel"

Sans la moindre balle de break à jouer pendant plus d'une heure, Anderson a trouvé la lumière en début de deuxième set, sur son premier break du match. Son deuxième, qui l'a emmené à égaliser à une manche partout, a fini par le libérer. Sur les trois derniers sets, il a même compilé 14 balles de break pour 4 services volés au final. Avec son arme ultime, le service, il a jalousement conservé son avance. Au total, 22 aces et 83% de réussite en premières balles ont fini de faire plier l'Espagnol.

"Je suis au septième ciel, il y a neuf mois on m'a dit que je devais me faire opérer d'une hanche et maintenant, je suis en finale dans l'un des plus grands tournois du monde", a-t-il expliqué. Lui qui affiche seulement 3 titres ATP à son palmarès à 31 ans et un quart de finale comme meilleur résultat en Grand Chelem jusque là, à l'US Open 2015, peut être fier de lui.

Submergé par l'émotion, Anderson n'a pas résisté à l'envie de rejoindre son clan dans les tribunes après la balle de match... comme s'il avait gagné le titre. Être en finale de l'US Open, c'est incontestablement une première victoire pour lui. Qu'est-ce que ce sera s'il gagne la coupe dimanche ?

Vidéo - Anderson a fêté ça en escaladant ses tribunes pour rejoindre son clan !

01:33
0
0