AFP

Djokovic sort Tsonga... et Nadal

Djokovic sort Tsonga... et Nadal
Par Eurosport

Le 01/07/2011 à 13:28Mis à jour Le 02/07/2011 à 14:24

Jo-Wilfried Tsonga ne disputera pas la finale de Wimbledon. Le Français a été dominé par Novak Djokovic (7-6, 6-2, 6-7, 6-3). Pour la première fois de sa carrière, le Serbe jouera le titre londonien face à Rafael Nadal, dans la peau du futur N.1 mondial dans laquelle il entrera lundi.

Jo-Wilfried Tsonga ne réalisera pas un deuxième exploit consécutif à Wimbledon. Après une victoire incroyable face à Roger Federer, sextuple vainqueur à Londres, le Français n'est pas parvenu à confirmer face à Novak Djokovic et devenir le deuxième Français de l'ère Open à rallier la finale londonienne après Cédric Pioline en 1997. Il a fallu quatre sets et plus de trois heures de jeu au Serbe pour se qualifier pour sa première finale de Wimbledon, sa cinquième en Grand Chelem après deux victoires à l'Open d'Australie 2008 et 2011 et deux défaites en finales de l'US Open 2007 et 2010. Comme un bonheur n'arrive jamais seul, le N.2 mondial compte désormais ses heures en tant que dauphin de Rafael Nadal.

Grâce à cette victoire, Djokovic s'assure une place de choix, celle dont il a toujours rêvé, au premier rang mondial du classement ATP. Il lui aura fallu remporter 47 de ses 48 matches de la saison pour y parvenir. Sa seule défaite au compteur cette saison reste, jusqu'ici, son revers en demi-finales de Roland-Garros face à Roger Federer, ce qui a retardé cette échéance très attendue côté serbe, et devenue presque inéluctable à la longue. Face à Jo-Wilfried Tsonga, qui visait sa deuxième finale de Grand Chelem après l'Open d'Australie en 2008, "Nole" n'a pas revécu pareille mésaventure sur le gazon londonien, même si la perte du troisième set, alors qu'il a servi pour le gain du match à 5-4 et manqué deux premières balles de match dans le deuxième jeu décisif, aurait pu lui faire mal moralement. Il n'en a rien été. Le Serbe était insurmontable ce vendredi 1er juillet.

"Aujourd'hui j'aurais pu battre tout le monde... sauf Djokovic"

Reuters

Comme prévu, ce sont les mises en jeu qui ont fait la différence. Avec 68% de réussite derrière ses premières balles et seulement 47% derrière ses secondes, le Français a péché là où il ne fallait pas, car la qualité de relance du Serbe a tué tout espoir de victoire. Face à Fernando Gonzalez au 3e tour, Tsonga a gagné 89% des points sur sa première balle, 93% face à David Ferrer en huitièmes et 73% face à Federer en quarts. Cet écart a été payé cash par le Tricolore, coupable en plus de trop nombreuses fautes directes pendant les trois-quarts du match (29 au total contre seulement 13 pour le Serbe), avant de remporter presque miraculeusement la troisième manche en lâchant davantage ses coups. Cela n'a pas empêché Djokovic de reprendre le contrôle de la rencontre dès le début du quatrième set en s'appropriant immédiatement le service adverse, puis de nouveau le cours de l'échange après l'euphorie du Français dans le second jeu décisif.

"C'est difficile de mettre des mots sur ce qui m'arrive, a réagi à chaud le Serbe. C'est une de mes plus belles émotions sur un court de tennis, mes rêves deviennent réalité". Quoi qu'il arrive dimanche en finale de Wimbledon face à Rafael Nadal qui défendra son titre à défaut de sa place mondiale, Novak Djokovic sera bien le 25e joueur N.1, lundi prochain, depuis l'instauration du classement ATP en 1973. A 24 ans, il deviendra le premier N.1 pour son pays chez les hommes, Ana Ivanovic et Jelena Jankovic l'ayant précédé chez les femmes. Tsonga, lui, montera à la 14e place mondiale. Cela valait bien quelques embrassades du gazon du court central...

Reuters

0
0