Kvitova, génie en herbe

Kvitova, génie en herbe
Par Eurosport

Le 30/06/2011 à 15:57Mis à jour Le 30/06/2011 à 19:40

A 21 ans, Petra Kvitova jouera sa première finale en Grand Chelem. Jeudi, la Tchèque a dominé la Biélorusse Victoria Azarenka (6-1, 3-6, 6-2) en demi-finale de Wimbledon. Samedi, elle affrontera la Russe Maria Sharapova, facile vainqueur de l'Allemande Sabine Lisicki.

Il y a un an, elle se traînait à la 62e place mondiale. Petra Kvitova est aujourd'hui solidement installée dans le Top 10. Samedi, face à Maria Sharapova, la Tchèque jouera même sa première finale en Grand Chelem. Sur le gazon de Wimbledon, là où elle s'était révélée en atteignant le dernier carré l'an passé. Serena Williams l'avait alors fait trébucher à l'avant-dernière marche. Cette fois, Kvitova l'a gravie, en éliminant jeudi la Biélorusse Victoria Azarenka (6-1, 3-6, 6-2). Et elle "a du mal à y croire". "Je ne peux pas expliquer ce qui se passe dans ma tête en ce moment", savoure-t-elle.

En douze mois, la native de Bilovec a franchi les étapes à grandes enjambées. Son ascension s'est furieusement accélérée en 2011. Depuis le mois de janvier, elle s'est d'abord matérialisée sur dur. Elle a gagné à Brisbane, face à l'Allemande Andrea Petkovic (6-1, 6-3). Puis à Paris, aux dépens de la Belge Kim Clijsters (6-4, 6-3), fraîchement assise dans le fauteuil de N.1 mondiale. Mais surtout, sur la terre battue de Madrid... face à Victoria Azarenka (7-6, 6-4). La Tchèque est d'une polyvalence rare. Sur gazon, son punch et son service avaient déjà fait merveille à Eastbourne, où elle s'était hissée jusqu'en finale. Perdue face à Marion Bartoli (1-6, 6-4, 5-7).

Sur le Center Court de Wimbledon, son jeu puissant a une nouvelle fois débordé Azarenka. Kvitova n'a mis que vingt-sept minutes pour plier la première manche (6-1). Elle a craqué dans la deuxième (3-6). Mais "heureusement, (elle) a réussi à retrouver (sa) première balle au troisième set". Avec neuf aces et 73% de points gagnés après son premier service, elle n'a laissé aucune chance à la Biélorusse, qui court toujours après sa première finale en Grand Chelem. Kvitova, elle, marche sur les traces de Martina Navratilova, Hana Mandlikova et Jana Novotna, jusqu'ici les trois seules joueuses tchèques à être allées aussi loin sur le gazon de Wimbledon. Elle est aussi la digne héritière d'une espèce en voie de disparition. Depuis Monica Seles, en 1998, à Roland-Garros, aucune gauchère n'avait atteint une finale en Grand Chelem. Kvitova ne demande qu'à réécrire l'histoire. Mais elle sait que la marche sera haute samedi. "Sharapova a de l'expérience. Elle a déjà gagné ici et elle sait ce que c'est qu'une finale. Ce sera un avantage pour elle."

0
0