AFP

Serena Williams sort Pavlyuchenkova pour filer en demi-finale et assurer sa place de N.1

Serena Williams entre dans le dernier carré et assure sa place de N.1
Par AFP

Le 05/07/2016 à 15:44Mis à jour Le 05/07/2016 à 17:46

WIMBLEDON 2016 - Tenante du titre, Serena Williams a battu la Russe Anastasia Pavlyuchenkova pour se hisser en demi-finale à Londres (6-4, 6-4). La numéro un mondiale a également assuré dans le même coup sa place en tête du classement, qu'Angelique Kerber pouvait éventuellement lui prendre en cas de défaite de l'Américaine en quart de finale.

Serena Williams est toujours là. La numéro un mondiale et tenante du titre a contrecarré la résistance de la Russe Anastasia Pavlyuchenkova (23e) pour s'imposer 6-4, 6-4 et accéder mardi aux demi-finales de Wimbledon. Ce sera la 10e demi-finale à Londres pour la cadette des soeurs Williams, qui brigue un 22e titre majeur (le 7e à Londres) afin d'égaler le record dans l'ère professionnelle de l'Allemande Steffi Graf.

Une chose est déjà sûre: elle ne pourra pas être détrônée par l'Allemande Angelique Kerber de la place de numéro un mondiale. Il lui fallait en effet franchir ce cap des quarts de finale pour préserver son fauteuil de reine de la WTA.

Vesnina à la place de Cibulkova

Serena Williams s'est encore appuyée sur son redoutable service (11 aces), qui avait déjà tourné à plein régime (14 aces) en huitièmes de finale lundi contre une autre Russe Svetlana Kuznetsova, balayée en deux manches (7-5, 6-0). Pavlyuchenkova, qui disputait à 24 ans son premier quart de finale à Londres, a résisté mais ne pouvait pas rivaliser avec la puissance de la cadette des soeurs Williams, auteure aussi de 29 coups gagnants (contre 16).

Elle n'est désormais qu'à un succès d'une neuvième finale à Wimbledon, où elle pourrait croiser sa soeur aînée Venus, qualifiée elle aussi dans le dernier carré après avoir battu la Kazakhe Yaroslava Shvedova. Il lui faudra pour cela battre la Russe Elena Vesnina (50e), qui a éliminé sèchement la Slovaque Dominika Cibulkova (18e) 6-2, 6-2, et qui n'était jamais allé au-delà des huitièmes de finale en Grand Chelem avant son parcours à Londres cette année.

0
0