Après le conte de fées de Flushing, le retour à la réalité du circuit l'a rattrapée. Du haut de ses 19 printemps, Emma Raducanu n'aligne plus les victoires comme elle l'avait fait à la surprise générale l'été dernier lors de l'US Open (10 succès et 20 sets d'affilée, qualifications comprises, pour rafler la mise). En six mois, elle n'a même gagné que trois matches (pour six défaites), dont un seul en 2022 au 1er tour de l'Open d'Australie contre Sloane Stephens.
Son dernier couac ? Un revers d'entrée à Guadalajara, où elle était tête de série numéro 1, sur abandon à cause d'une blessure à une hanche après un immense combat de 3h36 contre l'Australienne Daria Saville (5-7, 7-6, 4-3 ab.), ancienne 20e mondiale retombée au 610e rang à cause d'une blessure au tendon d'Achille. Alors avant son entrée en lice au 2e tour à Indian Wells face à Caroline Garcia - elle a été dispensée du premier en tant que tête de série 11 -, Raducanu manque cruellement de repères et de références. A tel point que certains voient déjà son titre à New York comme un "one shot", une quinzaine lors de laquelle elle aurait totalement surjoué.
WTA Bad Homburg
Une belle bataille contre Cornet et Garcia retrouve une finale trois ans après
IL Y A 7 HEURES

Open d'Australie : Stephens - Raducanu

C'est très humain d'avoir un passage à vide après le gain de son premier Grand Chelem
Chris Evert, elle, n'est pas de cet avis. "Je pense que Raducanu a un potentiel élevé. Je ne sais pas quand nous allons le revoir parce qu'il y a beaucoup de super joueuses, et je pense qu'elle est encore et qu'elle peut faire progresser son jeu. C'est très humain d'avoir un passage à vide après le gain de son premier Grand Chelem. La plupart des championnes ont connu cette phase, où tout d'un coup, elles ne gagnaient plus et ne dominaient plus comme les gens pensaient qu'elles devraient le faire", considère l'ex-championne américaine, sacrée à 18 reprises en Majeurs en simple.
Dans le sillage de son sacre à l'US Open, Emma Raducanu est passée très vite d'inconnue du grand public au statut de star du tennis. Son histoire fabuleuse, son tennis agressif et attrayant bien servi par un physique avantageux ont attiré les marques et l'ont fait changer de dimension. A tel point que certains remettent désormais en cause l'engagement de la jeune femme dans son sport. Raducanu aurait d'ores et déjà perdu le sens des réalités. Là encore, Evert y voit un faux procès.

Les contrats publicitaires ? Un faux procès

"Même si elle a signé beaucoup de contrats publicitaires et qu'elle amasse de l'argent, j'ai vraiment l'impression que le tennis est encore sa priorité numéro un. Je crois qu'elle travaille dur sur son jeu. Mais ça va être dur parce que désormais elle a une cible dans le dos, et toutes les joueuses essaient de la faire tomber. Elles savent qu'elle n'a pas la confiance qu'elle avait à l'US Open ni le même côté assez imprévisible", observe-t-elle.
Le problème serait donc avant tout sportif. Comme Raducanu l'a elle-même rappelé, elle ne fait encore que découvrir le circuit WTA sur lequel elle n'avait d'ailleurs gagné que quatre petits matches à Chicago avant son exploit de Flushing. Désormais, elle ne bénéficie plus de l'effet de surprise et de la complète insouciance qui la caractérisait il y a six mois. Son tennis a été analysé sous toutes les coutures et elle est attendue au tournant. Difficile dans ces conditions de jouer avec la même liberté.

Diminuée, Raducanu n'a pas résisté à Kovinic : le résumé de sa sortie de route

Un coup à jouer pour Garcia

"Quand une nouvelle venue gagne un Grand Chelem, tous les coachs analysent ses statistiques : est-ce qu'elle joue plus souvent croisé ou long de ligne en coup droit ? Où frappe-t-elle le plus souvent son premier service ? Ils étudient la joueuse, et tout le monde connaît désormais ses schémas. Elle se sent un petit peu plus sous pression, donc elle ne gagne plus. Mais je sens qu'avec du temps et du travail, elle arrivera au sommet du jeu. Je ne dis pas qu'elle sera numéro 1, mais je la vois vraiment dans le Top 5", ose Chris Evert.
En attendant, qu'espérer de Raducanu à Indian Wells ? Peut-être pas grand-chose compte tenu de sa blessure récente et de sa confiance en berne. Caroline Garcia, qui retrouve des couleurs en ce moment après une demie à Lyon, a donc un vrai coup à jouer. "Emma est une adolescente. Laissez-la tranquille. Laissez Coco (Gauff) tranquille. Laissez les ados tranquilles. Ne les surchargez pas d'attentes disproportionnées. Laissez-les grandir et développer leur jeu, leur physique", avertit Evert. Il serait ainsi dommage qu'elle se brûle les ailes après des débuts si prometteurs.
WTA Birmingham
Garcia ne verra pas les quarts
15/06/2022 À 17:02
WTA Nottingham
L'inquiétude : Raducanu abandonne à moins de trois semaines de Wimbledon
07/06/2022 À 14:39