Trois jours seulement en mer et les rêves de victoire se sont déjà envolés pour Jérémie Beyou. Le skipper de Charal, l'un des favoris de cette neuvième édition du Vendée Globe, a été contraint de faire demi tour mercredi en raison d'une succession d'avaries sur son foiler dernière génération. Un coup très dur pour celui qui avait fait de la victoire l'objectif numéro un cette année, quatre ans après obtenu une belle troisième place sur la course autour du monde, en solitaire, sans escale et sans assistance.
Joint ce midi par le PC course, le skipper de 44 ans s'est montré lucide mais n'a pas caché son immense déception. "Il y a pire quand on pense aux événements qui nous entourent. Maintenant, quand tu es sportif de haut niveau, tu ne vis qu’au travers de ton objectif. Depuis 4 ans, je vis dans l’objectif d’essayer de gagner le Vendée Globe. Je suis à 100% là-dedans, je ne vois rien de ce qui existe autour. Quand ça s’arrête comme ça, brutalement, c’est super violent." a t-il réagit.
Vendée Globe
Davies a bouclé son tour du monde hors course
26/02/2021 À 16:06
Depuis l'annonce mercredi d'une succession d'avaries, tous les yeux des amoureux de voile et suiveurs du Vendée Globe étaient rivés sur Charal et sur son skipper breton. Après avoir arraché sa cadène, pièce métallique fixée au pont du bateau sur laquelle sont attachés les câbles tenant le mât, les avaries se sont succédées, abimant le bateau à plusieurs endroits. "J'étais à l'intérieur du bateau en train d'inspecter tout ça, j'ai tapé un truc avec le safran" a ensuite expliqué Beyou. "Il s'est à demi relevé, j'ai un trou dans l'attaque de safran et j'ai le bord de fuite qui est cassé".
Je ne pouvais pas y croire
A ce moment là, le skipper qui participe à son quatrième Vendée Globe (deux abandons et une troisième place en 2017), ne s'est pas décidé immédiatement à faire demi tour pour réparer. "On a décidé avec l'équipe que le safran allait tenir le front qui se présentait et je me suis débrouillé pour brêler une écoute."

Beyou a jusqu'au 18 novembre pour repartir

Une décision que le skipper semble, en partie regretter. "J’aurais probablement dû faire demi-tour tout de suite, parce qu'aller passer le front avec le bateau dans cet état, forcément ça a fait d’autres dommages collatéraux mais je ne pouvais pas y croire. Le réveil est un peu dur."
Comme le lui permet le règlement, Jérémie Beyou (Charal) a dix jours après le départ de la course, donné le 8 novembre dernier, pour venir réparer, avec l'aide de son équipe, son bateau. Si changer des éléments comme le safran ne devrait pas poser trop de problème à sa Team, les dommages sur Charal ne sont pas encore tous connus. S'il y a du structurel endommagé (le pont semble avoir été abimé), les réparations pourraient prendre du temps.

Jérémie Beyou (Charal) au départ du Vendée Globe 2020

Crédit: Getty Images

"Honnêtement, je me réveille de 4 ans de préparation pour essayer de gagner le Vendée et ça c’est fini. Mon papa est parti à l’hôpital, il a fait un AVC une semaine avant le départ, j’ai complètement occulté tout ça. Forcément là, ça m’éclate un peu à la figure" a t'il expliqué, ému, ce jeudi.
Attendu samedi matin aux Sables-d'Olonne, il aura jusqu'au 18 novembre, 14h20 pour repartir dans le Golfe de Gascogne pour affronter l'Everest des Mers. Mais pour l'heure, Jérémie Beyou ne se projette pas encore si loin. "Là, je ramène le bateau et je verrai après. Je ne sais pas, je n’en sais rien pour repartir."
Vendée Globe
Clément Giraud attendu mardi
14/02/2021 À 17:28
Vendée Globe
Boissières et Shiraishi, trois heures d'écart après trois mois de course
11/02/2021 À 18:23