A chaque rencontre son histoire, son émotion et surtout son importance. Les matches couperets forgeant les grandes épopées, la victoire acquise par la France devant la Grèce ce mercredi confirme l'état d'esprit d'un groupe impressionnant.
La route qui mène vers les demi-finales s'est entrouverte. Pas encore totalement puisqu'il faudra terminer le travail face à l'Espagne jeudi mais même une défaite pourrait suffire si les Bleus assurent le set average. Evidemment, la situation est devenue plus que favorable pour les hommes de Philippe Blain. L'Espagne, tenante du titre déchue et déjà condamnée à préparer ses valises pour Madrid, on peut imaginer le mental des deux équipes au moment de jouer le dernier match de poule.
La France s'est construit à chaque étape de cet Euro à l'image d'un puzzle une ossature et une confiance. Le match contre la Grèce l'a confirmé alors que l'opposition du jour n'a pas souvent souri aux Français. Mais l'énergie déployée et le super match de Samica auront eu raison du bluff permanent dont usent et abusent les Grecs.
Euro 2009
La France sur sa lancée
08/09/2009 À 17:00
Fort de ce succès, il faudra désormais conclure jeudi. Et rejoindre ainsi la Russie, la Bulgarie et la Pologne, trio étonnant qui a déjà composté son ticket pour la phase finale.
LES DECLAS :
Antonin Rouzier (pointu français): "Il y avait une équipe de Grèce qui parlait beaucoup. Ca nous a un peu agacés. Il y a des arbitres ! Honnêtement, ils ont été solides, mais on a réussi à rester calme. Cette équipe peut aller vraiment loin parce que c'est solide en bloc/défense et offensivement on arrive toujours à s'en sortir. Samica a fait une grosse partie."
Oliver Kieffer (capitaine et central français) : "On s'est régalé. On gagne tous les matches à l'arraché. C'est un vrai bonheur de jouer dans ce groupe. Ca fait longtemps que je n'ai pas pris autant de plaisir à jouer en équipe de France. C'est sain, je pense que ça se respire même vu de l'extérieur. Pourtant c'était une belle équipe grecque. Je suis super fier du groupe.Pourvu que ça dure mais c'est déjà une belle aventure."
Philippe Blain (entraîneur français) : "C'était un combat. Ca fait bien deux ans qu'on n'avait pas vu les Grecs à ce niveau-là. La balle de match a été une belle délivrance parce que c'était tendu et chaud jusqu'à la fin. On s'attendait à un match de ce calibre-là. On était mal embarqué dans le quatrième set, mais on est revenu avec notre contre/défense. On ne sait pas comment les Espagnols vont réagir demain. Il ne faut compter que sur nous-mêmes avec l'envie de finir le travail."
Guillaume Samica (attaquant français) : "C'était un petit peu la guerre à l'intérieur du terrain. Beaucoup de mots, beaucoup de regards. Il y avait quelques adversaires sympas et d'autres beaucoup moins. Tout ça, ça donne envie. Il était hors de question que je perde contre le pays dans lequel je vais jouer."
Euro 2009
L'Italie sacrée
04/10/2009 À 19:28
Euro 2009
La Pologne en bronze
04/10/2009 À 18:25