From Official Website

Loeb : "Soigner la motricité"

Loeb : "Soigner la motricité"
Par Eurosport

Le 01/03/2006 à 16:00Mis à jour

Après le bitume monégasque et la glace suédoise, la terre mexicaine est au menu de la 3e manche du Mondial WRC, ce week-end. Avec les différentiels passifs en vigueur, il a de nouveau fallu refaire tous les réglages. Les explications de Sébastien Loeb (Ci

Comment s'est passée votre séance d'essais 'terre' pré-Mexique ?

Sébastien Loeb : Nous l'avons menée en Catalogne. Comme sur l'asphalte, le gros du travail a porté sur l'adaptation de la voiture aux spécifications 2006. Il nous a fallu progressivement ajuster les caractéristiques et le fonctionnement des différentiels avant et arrière mécaniques. Sur l'asphalte et sur la neige, nous avions trouvé des solutions performantes allant de pair avec un équilibre de la voiture la rendant très agréable. Sur la terre, chacun sait que les roues perdent plus souvent le contact avec le sol. Il faut soigner la composante 'motricité'. Bref, il y avait du boulot, et je dois dire que nous avons bien 'bossé'. La voiture me convient très bien. Comme de coutume, ce sont les temps en spéciale qui valideront le travail, mais je suis confiant...

Le Mexique fait partie des rallyes que vous aimez. Il ne vous a pas encore rendu cette Affection...

S.L. : Il ne m'a pas réussi jusqu'ici, c'est clair ! Pourtant, il figure dans le haut de mon classement personnel. Les spéciales ne sont pas trop étroites, et j'aime cette caractéristique qui laisse le choix de la trajectoire. Elles sont variées, tantôt rapides, tantôt techniques. Le temps est généralement beau, les paysages superbes, le dépaysement garanti et les gens chaleureux. Le point noir, ce sont les pierres enchâssées qui ont fait tant de dégâts lors des deux années précédentes.

Comment voyez-vous votre course ?

S.L. : L'an dernier, du fait du retard pris en début de rallye, nous n'avions plus rien à calculer et ce fut une course excitante. On s'est fait plaisir, on s'est même 'éclatés', Daniel et moi, jusqu'à ces deux places gagnées dans une dernière longue spéciale parcourue vraiment 'à bloc'. Un peu comme au Monte-Carlo cette année, tiens ! En 2004, comme en 2005, la Xsara a toujours été performante au Mexique. J'espère que ce sera de nouveau le cas, et que cela nous permettra de nous battre pour la victoire. Ce serait encore la meilleure façon d'atteindre ce qui est forcément notre objectif numéro un : ne pas laisser Marcus [Grönholm] s'enfuir au championnat...

0
0