Intouchable Gronholm

Intouchable Gronholm
Par AFP

Le 11/04/2003 à 09:30Mis à jour

Personne n'a pu rivaliser avec Marcus Gronholm (Peugeot 206), vendredi lors de la 1ère journée du rallye de Nouvelle-Zélande. Le Finlandais est bien parti pour remporter cette 4ème épreuve du Championnat du monde. En revanche, c'est déjà fini pour Colin M

Le Finlandais, tenant du titre, plus intouchable que jamais, s'est adjugé sept des neuf spéciales du jour, seul Richard Burns, sur une autre 206, parvenant à s'en octroyer deux (ES2 et ES7)... sans réussir toutefois à rester au contact de son coéquipier et néanmoins ennemi.

"Cela c'est très bien passé pour moi", constatait, satisfait, Gronholm. "Je n'ai pas commis la moindre erreur et la voiture a été formidable. Et pourtant ce n'était pas facile tant il est délicat de gérer une alternance de conditions sèches et mouillées.

Près de 40 secondes d'avance

Vendredi soir, Gronholm devançait l'Estonien Markko Martin (Ford Focus et le Norvègien Petter Solberg (Subaru Impreza), déjà distancé de près de 40 secondes, les deux jeunes loups s'étaient immiscés entre les Peugeot 206 reines absolues de cette première journée.

Et pourtant, la pluie avait permis aux pilotes de ne pas compter un trop gros handicap. "Je m'attendais à perdre plus de temps compte-tenu de ma position d'ouvreur. Heureusement, la pluie a rendu les conditions similaires pour tout le monde", expliquait ainsi Burns. Mais si Marcus (Gronholm) continue sur ce rythme, il sera très difficile de gagner".

Abandon de McRae

Un tête-à-queue pour commencer, puis un problème avec son pare-brise, l'Ecossais partait finalement à la faute dans l'ES6. Une suspension cassé dans la sortie de route, McRae se voyait contraint de renoncer. "Un problème de buée qui n'a rien à voir avec la performance nous a fait perdre du terrain, analysait le directeur de Citroën Sport. J'ai du mal apprécier la perte de temps due au problème mais, sur ce que j'ai vu, je pense toutefois que nous ne sommes pas tout à fait là où nous voudrions être".

Ces qualités de la RS03, Francis Duval n'avait pu quant à lui en bénéficier en raison de problèmes d'hydraulique de boîte de vitesses. Et, outre Martin, l'Autrichien Manfred Stohl, sur une Peugeot 206 version client 2002, constituait l'autre surprise en se glissant dans le "top ten" juste devant Didier Auriol (Skoda Octavia), dixième.

0
0