Solberg à l'arraché

Solberg à l'arraché
Par AFP

Le 18/04/2004 à 11:45Mis à jour

Petter Solberg (Subaru) a profité d'une faute de Grönholm (Peugeot) à deux spéciales de l'arrivée pour enlever in-extremis le Rallye de Nouvelle-Zélande, dimanche. 3e, Markko Märtin ravit la tête du Championnat du monde à Sébastien Loeb (Citroën), 4e. Mai

Le résultat du Rallye de Nouvelle-Zélande

Vainqueur à trois reprises (2000, 2002, 2003) sur un terrain du "bout du monde" qu'il affectionne par-dessus tout pour ressembler aux routes de sa Finlande natale, Grönholm n'avait cédé le succès à Burns en 2001 qu'à cause d'une erreur de panneautage de son équipe. Cette fois, c'est à lui, et à lui seul, que le géant finlandais peut s'en prendre. La Peugeot 307 aurait dû remporter sa première victoire en Mondial dimanche à Auckland, dès sa quatrième apparition, et faire mieux ainsi que sa devancière la 206, victorieuse au bout de huit épreuves.

A chacun son tête-à-queue

Néanmoins, il a préféré positiver, rassuré par la compétitivité de sa voiture. "Le plus important est que la 307 va dans la bonne direction, a-t-il déclaré. Cela a été sans nul doute notre meilleur rallye de la saison et je dois remercier chaque membre de l'équipe pour le boulot accompli. Il y a de gros développements à venir et, avec deux points de retard seulement sur le leader (Martin), le reste de la saison s'annonce plutôt bien pour nous".

Fréquelin peste contre ses pilotes

A cet instant, malgré une sortie, Gronholm avait pris la tête pour une seconde. Avant de creuser l'écart d'une autre petite seconde dans la spéciale suivante. Une nouvelle faute (ES22) a donc mis un terme aux espoirs de Gronholm, de Peugeot.

"Avec ce système Mille pistes, il faut se faire peur"

Quatre pilotes en trois points en tête du Championnat (Märtin, Loeb, Grönholm et Solberg), des positions resserrées chez les constructeurs entre Ford, Citroën, Peugeot et Subaru, la lutte promet d'être intense, spectaculaire... Pour peu que de nouvelles tracasseries réglementaires ne viennent pas rendre la vie plus difficile au monde des rallyes. Une certitude, pilotes et copilotes ne veulent plus entendre parler, mais plus du tout, du système "Mille pistes".

0
0