Citroën Communication

Loeb : "Statistiquement favorable"

Loeb : "Statistiquement favorable"
Par Citroën Racing

Le 01/10/2009 à 12:31Mis à jour

"Je n'ai plus toutes les cartes en main" rappelle Sébastien Loeb (Citroën WRT), qui doit reprendre cinq points à Mikko Hirvonen (Ford WRT) en deux rallyes. Mais l'asphalte catalan lui réussit.

Comment jugez-vous, à froid, la pénalité qui vous a fait perdre le rallye d'Australie, quelques heures après l'arrivée ?

Sébastien Loeb : Sur le coup, j'étais déçu mais c'est la vie, ce sont les règles du jeu, et je pouvais me consoler en me disant que j'avais été plus rapide que Mikko (Hirvonen) sur la route, dans les spéciales. Avec le recul, je me dis que ça aurait été pire de terminer derrière lui sans avoir été en mesure de rivaliser. Notre voiture était conforme, c'était juste une erreur administrative sur la fiche d'homologation. C'est arrivé au mauvais moment, tout cela est derrière moi maintenant. On a manqué un peu de réussite sur la deuxième partie de saison, c'est assez clair. Le bilan n'est pas mauvais mais il n'est pas satisfaisant. C'est une situation qui n'est pas facile, car toutes les cartes ne sont plus dans nos mains. Tout le monde a fait des erreurs, moi aussi, mais on n'a plus trop de questions à se poser: il faut être devant et gagner ici.

Comment se présente cette édition 2009 ?

S.L. : C'est le rallye qui nous est statistiquement le plus favorable, sur les deux derniers de la saison (ndlr: le prochain aura lieu en Grande-Bretagne du 23 au 25 octobre), alors il faut essayer d'en profiter. On a fait trois fois de suite le doublé ici avec Dani (Sordo), on va essayer de faire la même chose. On a fait une bonne séance d'essais sur asphalte, plus longue que prévu à l'origine, car on s'est dit qu'il fallait mettre toutes les chances de notre côté. Mais si je fais une faute, il y a de fortes chances que le championnat soit terminé. Il faut accepter cette situation et se faire à cette idée-là. Je n'ai pas de regrets à avoir, j'ai gagné cinq titres de suite et je sais qu'un jour ça va s'arrêter. La pression n'est plus la même que pour le premier titre.

Pourquoi avez-vous décidé d'essayer une monoplace de GP2 ?

S.L. : Un ingénieur avec qui j'avais travaillé sur une course de Porsche Carrera Cup travaille aussi pour une écurie de GP2 (ndlr: le David Price Racing). Il sait que j'aime essayer beaucoup de choses, donc il m'a proposé de faire cet essai. Ce sera la semaine prochaine à Jerez (ndlr: le 8 octobre, en même temps que d'autres écuries de GP2 et après une séance d'essais sur terre, en début de semaine, en prévision du rallye de Grande-Bretagne).

0
0