From Official Website

Loeb et la mauvaise Grèce

Loeb et la mauvaise Grèce
Par AFP

Le 01/06/2008 à 04:30Mis à jour

Les pilotes ont tous fait de la "survie" sur les routes cassantes grecques, samedi. Sébastien Loeb (Citroën) s'en est plutôt bien sorti, Dani Sordo (Citroën) a explosé...

"Je m'attendais à ce que ce soit le bordel, mais là c'était vraiment très cassant, surtout dans la première (ES8, ES11)" , a raconté Loeb. "J'ai essayé d'éviter les gros cailloux et de ne pas tout casser. Il fallait assurer un peu, trouver le bon compromis pour préserver les pneus, les amortisseurs. Je pense que j'ai été assez malin sur ce coup".

La journée a pourtant commencé par une crevaison, 6 km après le départ de l'ES9 (Pissia, 16 km), et Loeb a perdu 34 secondes sur la Ford de Latvala. "J'ai préféré ne pas changer de roue et faire les 10 derniers kilomètres en faisant attention", a expliqué le quadruple champion du monde au point stop. Sordo est alors passé en tête, une position qu'il a réussi à conserver jusqu'à la fin de l'ES11, quand a commencé son épidémie de crevaisons et de déchapages. Les deux roues de secours qu'il avait embarquées, comme les autres, n'ont pas suffi. Il a même été obligé, pour terminer la journée, de changer une roue sur la bande d'arrêt d'urgence de l'autoroute entre Corinthe et Athènes.

Ford fait le yo-yo

Du côté de chez Ford, Hirvonen a d'abord signé un temps scratch dans l'ES8 (Aghii Theodori) puis a plongé au classement, suspension endommagée par sa faute, comme vendredi. A midi, il pointait à la 8e place, à plus de trois minutes et demie de Sordo, puis il a passé l'après-midi à remonter jusqu'à la 4e place, en signant encore deux temps scratch au passage (ES11, ES13). "C'est tellement rocailleux, c'est incroyable, il faut faire très attention de ne pas casser la voiture", a dit le leader du championnat du monde. "Je suis 4e, ce n'est pas si mal vu tout ce qui m'est arrivé depuis hier. Et je ne pense pas que quelqu'un prendra des risques dimanche."

Sur l'autre Focus de pointe, c'est Latvala qui était 4e à midi, juste derrière le cadet des Solberg. Mais dès le début de l'ES11, un problème de turbo: "Ici, tous les matins ça va et tous les après-midi c'est un cauchemar. Je m'en suis rendu compte tout de suite, j'ai perdu toute la puissance". Samedi soir, Latvala était 8e à près de neuf minutes de Loeb. Le principal bénéficiaire de tous ces coups de théâtre a été Petter Solberg, champion du monde 2003 et vainqueur en Grèce en 2004.

Le blond Norvégien n'avait plus souri autant depuis ses dernières victoires, en 2005 : "C'est pas mal du tout. J'ai été très prudent toute la journée, aucun problème, aucun risque. Je vous assure, c'est un nouveau Solberg !" "Je suis très heureux d'être deuxième ce soir avec une nouvelle voiture, et en plus mon frère est troisième, a ajouté Petter. Je compte garder la même tactique dimanche... sauf si je décide de tenter quelque chose. Je ne suis qu'à 28 secondes, alors peut-être que je vais essayer d'aller chercher Seb". Un nouveau Solberg ? Pas sûr.

0
0