From Official Website

Etape 2 : déclarations

Etape 2 : déclarations
Par Eurosport

Le 17/02/2007 à 17:00Mis à jour

Impressions recueillies au cours de l'étape 2 du Rallye de Norvège, samedi.

Mikko Hirvonen (Ford Focus WRT, leader) : "Un jour très très dur, mais un bon jour. Il y avait tant de neige et de brouillard que la visibilité était nulle par endroits. J'ai piloté à 110 pour cent toute la journée et les murs de neige m'ont gardé sur la route plus d'une fois. C'est un sentiment génial de se battre avec les "grands" et mes notes étaient parfaites. Je dois maintenir ma concentration dimanche."

Sébastien Loeb (Citroën C4 WRT, 18e) : "D'abord (dans l'ES11) on perd 14 secondes parce qu'on remplit le filtre à air en frottant contre un mur de neige. On perd pas mal de puissance moteur, donc du temps. Dans la suivante (ES12), je me fais piéger sur un freinage, je sors de la trace, je me retrouve dans la neige profonde, je perds l'adhérence et je vais finir contre un tas de neige. Le problème, c'est qu'on est restés coincés là huit minutes, sur la route, il n'y avait même pas de fossé. On est repartis pour la suivante (ES13) en étant 11e au général, il y avait deux minutes à aller chercher pour prendre le point de la 8e place, donc on a tenté le tout pour le tout et ce n'est pas passé. Il y a eu quelques fautes de ma part, des petites erreurs à droite à gauche, on n'a jamais été super à l'aise, alors que les deux Ford étaient très bien. Il fallait vraiment qu'on prenne des risques pour s'accrocher derrière, et puis voilà. Donc c'est un rallye à oublier. L'objectif maintenant c'est de finir tranquillement pour ramener un point Constructeurs, c'est tout ce qui reste à faire."

Danio Sordo (Citroën C4 WRT, abandon ES9 - accident) : "Dans un virage à gauche, l'arrière a fortement décroché. J'ai essayé de contrebraquer mais l'avant a alors heurté un mur de neige qui nous envoyé dans le fossé de l'autre côté de la route. Pour tenter de m'en sortir, j'ai accéléré à fond mais comme la voiture continuait de se diriger vers les arbres, j'ai préféré freiner pour ne pas que le contact soit trop violent. Je suis très déçu car je voulais tellement ramener une voiture intacte et parvenir à inscrire quelques points pour Citroën. J'espère pouvoir repartir dimanche, afin d'effectuer encore des kilomètres sur la neige, j'en ai encore besoin."

Guy Fréquelin (Citroën WRT, directeur) : "C'est une épreuve spéciale (ES12) un peu spectacle, tracée au chasse-neige. A la sortie d'un virage où le chasse-neige avait laissé un gros mur de neige, Seb est arrivé un peu vite sur son freinage. Quand il a vu qu'il allait prendre le mur de neige de face, et pour protéger le radiateur, il a mis un coup de frein à main et la voiture est entrée latéralement dans le mur de neige. Elle y est restée collée, bloquée. Dans la suivante (ES13), il y avait un mur de neige qui avait disparu du fait d'un autre concurrent qui s'était appuyé dessus. Il est allé un peu dans le fossé. En ressortant, il a traversé la route et en ressortant de l'autre côté, il a rempli la calendre de neige damée, devant le radiateur. Il a été obligé de s'arrêter pour l'enlever. Quand j'ai découvert les épreuves spéciales lundi, mardi et mercredi, j'ai dit que ce serait un rallye très difficile. Nous en avons été les principales victimes (sortie de route et abandon de Sordo dans l'ES9).

Pour Dani, cela fait partie de l'apprentissage des pièges de ce terrain. Ce qui est important à retenir, c'est qu'il va repartir dimanche afin de disputer les spéciales dans lesquelles il n'a pas roulé aujourd'hui. C'est primordial pour l'an prochain. Dans le cas de Seb, ce type d'erreur se produit lorsque l'attaque est intense. Il s'en faut parfois de peu et c'est ce qu'il s'est passé à deux reprises. Entre la neige et le brouillard, les conditions étaient propices aux déconvenues."

0
0