Eurosport

Loeb: "Que le début"

Loeb: "Que le début"
Par AFP

Le 29/02/2008 à 08:45Mis à jour

Au Mexique, premier rallye sur terre de la saison, Sébastien Loeb, pas inquiet, souhaite refaire une partie de son retard sur Hirvonen.

Est-ce que vous appréciez ce rallye du Mexique ?

Sébastien Loeb: C'est un rallye que j'aime bien, on a souvent été bien ici et on a gagné les deux derniers, ce serait bien de continuer sur la lancée. On a moins de puissance moteur parce qu'on est en altitude, on perd environ 20% et ça se ressent pas mal, mais ce n'est pas vraiment à nous de le gérer. On essaye de tirer le maximum du moteur et s'il y a moins de puissance il y en a moins pour tout le monde, alors il faut faire avec. Au championnat, on a six points de retard (sur Hirvonen), ce n'est que le début. Il n'y a rien de grave mais ce serait bien de réussir à inverser la tendance.

Quel bilan provisoire tirez-vous de votre début de saison ?

S.L: Chaque année, en début de saison, il se passe toujours quelque chose sur l'un des trois premiers rallyes. C'est pareil chaque année, il faut attendre le Mexique pour savoir où on en est exactement, parce que le Monte-Carlo et la Suède sont plutôt atypiques. Ici, c'est le premier rallye terre, il y en aura beaucoup dans la saison (ndlr: 10), donc c'est un petit peu le verdict et j'espère qu'on sera dans le coup. Il faut essayer de tout faire pour reprendre quelques points.

Les nouveaux pneus Pirelli peuvent-ils être déterminants ?

S.L: Ici, les pneus durs que nous sommes obligés d'utiliser me semblent le bon choix, mais en Argentine ce ne sera peut-être pas le cas. Il y a aussi le fait qu'on n'a plus le droit de retailler les pneus et ici, parce qu'il y a beaucoup de gravier, le balayage de la piste va être un facteur important et encore plus pénalisant si on n'a pas le droit de retailler les pneus. Ca peut rendre les routes encore plus piégeuses. Enfin, il y a le facteur crevaison, qu'on ne connaît pas encore sur la terre. On a vu au Monte-Carlo, sur asphalte, et en Suède, sur neige, que ça se passait très bien de ce côté-là. On a fait des essais sur terre et on n'a pas eu de crevaison. J'ai toujours cherché à éviter les crevaisons, même quand on avait les mousses (anti-crevaison), donc ça ne change pas grand-chose pour moi en termes de pilotage. Et il y a toujours le risque d'une pierre baladeuse ramenée sur la piste par les concurrents précédents.

0
0