AFP

60m haies : Martinot-Lagarde en argent, Bascou en bronze

Martinot-Lagarde en argent, Bascou en bronze : les deux font la paire
Par AFP

Le 21/03/2016 à 00:13

MONDIAUX EN SALLE - Pascal Martinot-Lagarde et Dimitri Bascou ont pris la 2e et 3e place du 60m haies des Championnats du monde 2016 en salle, dimanche à Portland. Le Jamaïcain Omar McLeod est sacré.

Pascal Martinot Lagarde et Dimitri Bascou ont terminé respectivement à la 2e et 3e places du 60 m haies des Championnats du monde 2016 en salle, dimanche à Portland. Les deux Français, grands favoris de cette finale, ont été devancés par le Jamaïcain Omar McLeod, vainqueur en 7''41. Ils ont apporté à la France une 3e et 4e médailles, les deux derniers podiums de ces Mondiaux 2016 après l'or de Renaud Lavillenie (perche) et le bronze de Benjamin Compaoré (triple saut).

Vidéo - finale 60 mètres haies hommes

00:45

Deux ans après une médaille d'argent qu'il l'avait cruellement déçu, Pascal Martinot-Lagarde a une nouvelle fois terminé 2e sur 60 m haies lors des Mondiaux 2016 en salle, dimanche à Portland, mais affichait cette fois un grand sourire. En 2014 à Sopot (Pologne), alors qu'il était le grand favori avec le chrono de référence de la saison, il avait échoué à un centième du titre mondial, derrière l'Américain Omo Osaghae. Sur la piste verte du Centre des congrès de Portland, "PML" s'est cassé les dents sur le Jamaïcain Omar McLeod, auteur d'un départ fulgurant et vainqueur en 7"41. Mais Martinot-Lagarde n'éprouvait cette fois aucune amertume: "7"41, je ne l'ai jamais fait de ma vie".

"Je fais presque mon record personnel (7"46, ndlr), je suis très content, il ne faut jamais banaliser les médailles. Cela fait un an que je n'avais pas eu une préparation normale sans pépin physique, je suis à l'un des meilleurs niveaux de ma vie, c'est un bon point pour préparer les JO", a-t-il fait remarquer avec appétit. Sur le podium, Martinot-Lagarde était accompagné par Dimitri Bascou, 3e en 7"48 alors qu'il avait abordé ce rendez-vous de Portland avec le meilleur chrono de l'année (7"41). "J'ai fait un départ un peu mou", a regretté Bascou qui, comme "PML", se projette déjà vers Rio.

Ils ont apporté à la France une 3e et 4e médaille, après l'or de Renaud Lavillenie (perche) et le bronze de Benjamin Compaoré (triple saut), soit "le record égalé (1993 et 2012) pour la France dans des Mondiaux en salle" s'est félicité Bernard Amsalem, le président de la Fédération française d'athlétisme. "On est en progression, par rapport il y a deux ans (3 médailles en 2014), il y a un nombre important de médailles par rapport au nombre d'engagés (10)", a-t-il noté.

Dibaba écoeure la concurrence

L'équipe de France reste toutefois très loin de l'impressionnant bilan américain: les Etats-Unis ont écrasé ces Championnats du monde avec 23 médailles dont treize en or. En l'absence de leurs stars Allyson Felix, Justin Gatlin ou Tyson Gay, les Américains ont brillé avec de nouveaux talents, comme Vashti Cunningham, sacrée à 18 ans au saut en hauteur, Marquis Dendy en or à la hauteur ou encore Matthew Centrowitz, vainqueur du 1 500 m.

Lors de cette dernière journée, l'une des rares stars de l'athlétisme qui a fait le déplacement à Portland a brillé: l'Ethiopienne Genzeba Dibaba a écoeuré la concurrence sur 3 000 m et conservé son titre conquis en 2014 à Sopot (Pologne) en partant, seule, à sept tours de l'arrivée. La championne du monde 2015 du 1 500 m a devancé en 8'47"43 sa compatriote Meseret Defar (8'54"25) et l'Américaine Shannon Rowbury (8'55"55). Elle compte désormais à son palmarès trois titres mondiaux en salle, dont un sur 1.500 m remporté en 2012 à Istanbul.

0
0